Chr. Huygens | Oeuvres I | Vertaling

[ 474 ] [ v ]

No 324.

G. P. de Roberval à Christiaan Huygens.

4 août 1656.   [<,>]

La lettre se trouve à Leiden, coll. Huygens.
Elle est la réponse au No.
315 [<]. Chr. Huygens y répondit par le No. 329.

        Monsieur.

    Je n'ay point escrit contre la fausse quadrature du pere Gregoire de St. Vincent*); c'est pourquoy je m'estonne qu'il y ait quelqu'un si ombrageux, que de me prendre à partie sur ce sujet; et afin de me decrediter, d'emploier contre moy le temoignage de Descartes le plus jaloux de mes ennemis. Refuter les fantasies des autres, et chercher du renom par un tel moyen; c'est ce qui ne m'est point encore tombé dans l'esprit. Je ne veux point de gloire, sinon celle qui se trouvera fondee sur le merite de mes propres euvres. Voila pourquoy je n'ay point paru jusques à maintenant; et je ne paroitray peut estre jamais. Quoy que ce bon pere, et Descartes soient contraires en leur fausse doctrine, ils s'accordent pourtant en deux poincts: L'un, que pour estre leur ennemi, il suffit de n'estre point leur approbateur: L'autre de s'obstiner à vouloir paroitre impeccables; et de soutenir leurs erreurs, jusques à y emploier des emissaires aveugles ou interessez qui prestent leurs noms pour plaider contre la verité, et en matiere de Geometrie, où ils ne peuvent manquer de succomber.

    J'explique facilement les diverses faces du planete Saturne, quoy que nous supposions, comme il est vraisemblable, qu'il tourne alentour de son centre si viste ou si lentement qu'on voudra, de l'occident à l'orient; memes en beaucoup moins de temps que de seize de nos jours: et cette explication est telle, qu'elle auroit encore lieu, quand nous supposerions, ce que je ne puis croire, qu'il regarde tousjours le soleil, ou la terre par la meme partie de son corps.

    A cet effet, representez vous en Saturne une Zone torride, comme il se voit que le soleil meme en a une, dans l'espace de laquelle s'engendrent toutes les taches solaires, qui ne se rencontrent que fort peu, ou point du tout, vers les poles de son mouvement periodique d'un mois. Et supposez qu'en de certains temps Saturne exhale de sa Zone torride (qui s'etend de l'Orient à l'occident, et non point vers le


[ *)   Opus geometricum quadraturae circuli et sectionum coni, 1647 (Engl.). Dans la lettre No. 315 (de Chr. H.), p. 457: "Un disciple du Pere Gregorius à Sancto Vincentio nomme Pere Ainscom m'a envoyè un traictè (^) ... J'ay estè fort faschè de veoir dans ce livre une lettre de Monsieur des Cartes qui vous fait injure ...".]

[ 475 ] [ v ]

Midy ou vers le Septentrion) des exhalaisons qui fassent une bande tout alentour de son corps, et qui puissent s'eloigner bien loin de luy, environnans sa surface tant vers nous que vers le firmament, vers l'orient et vers l'occident, à plus ou moins de distance, suivant les dispositions differentes du planete. Que quelquefois ces exhalaisons remplissent solidement tout l'espace depuis la surface de Saturne jusques où elles s'eloignent le plus de luy tout alentour de son corps (sinon vers ses poles où elles ne vont point) à la façon d'un brouillard d'une fort grande epaisseur. Que quelques fois aussi elles laissent un air libre et tout diaphane entre elles et luy, comme nos nuages terrestres. Mais en general, que ces brouillards ou nuages Saturniens soient bien plus diaphanes que les notres; tellement qu'ils ne representent de l'opacité que dans une grande epaisseur; et qu'en peu d'epaisseur, ils soient rares et comme diaphanes.

    Sur cette supposition, il n'y a point de difficulté d'expliquer les differentes figures apparentes de cet astre, par les regles de l'Optique; soit qu'il tourne vite, ou lentement, ou qu'il soit immobile. Car il paroitra en Ovale massive, quand les exhalaisons rempliront solidement tout l'espace alentour de son corps; et son allongement sera de l'Orient à l'occident. Il paroitra entre deux Etoiles, quand les memes exhalaisons laisseront peu d'espace ou d'air libre et diaphane entre elles et Saturne, estans encore pourtant mediocrement epaisses par la partie ou elles sont fort eloignees de leur astre, tout alentour de luy: et de ces etoiles, l'une sera vers l'Orient et l'autre vers l'occident. Il paroitra avec des anses, quand les exhalaisons laisseront beaucoup d'espace ou d'air libre et tout diaphane entre elles et Saturne; et qu'elle auront peu d'epaisseur en elles memes. En fin, il paroitra tout rond, quand il sera sans exhalaisons.

    Le reste du detail voudroit trop de discours: nous nous en entretiendrons pourtant, s'il vous semble que cette hypothese ne soit pas suffisante; car je la croy sans deffaut; et par elle j'ay satisfait à toutes les objections des Sçavans. Mais il faut bien se souvenir que quand ces exhalaisons ont peu ou mediocrement d'epaisseur en elles memes, laissans beaucoup d'air libre et diaphane entre elles et l'astre; alors, leur rareté fait que tout contre Saturne, elles ne font pas assez de reflexion de la lumiere du Soleil, pour eclairer: ainsi il paroit une obscurité en cet endroit, mais un peu plus loin de Saturne, où elles s'arrondissent, et par où une ligne droite menée de nos yeux, toucheroit leur cercle, la elles paroissent fort espaisses, vers l'Orient et vers l'occident: et ainsi elles font une reflexion de la lumiere du soleil, qui fait paroitre, ou deux etoiles, ou des anses à ses costez. L'Optique enseignera le reste; une figure aidera l'imagination; et, s'il en est besoin, vous la ferez facilement. Je suis

        Monsieur

Vostre treshumble et obeissant serviteur
Roberval.        

[ 476 ] [ v ]

    Si vous 1) ou Monsieur Schoten m'avez ecrit par le dernier ordinaire, et que ce soit chose considerable, il faut s'il vous plaist, prendre la peine de me la recrire une autre fois; car une lettre de vos cartiers, à ce que je conjecture, se trouvant hier chargée de 16 ß de port, notre portier la rebuta rudement, et je ne l'ay point veuë.

A Monsieur Monsieur Cretien Huygens de Zulichem.
a la Haye.       


1)  En effet, Chr. Huygens avait écrit la lettre No. 319 [<].




[ 485 ] [ v ]

No 329.

Christiaan Huygens à G. P. de Roberval.

[août 1656].   [<,>]

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens.

Mr. de Roberval.

        Monsieur,

    Ce qui a donnè occasion au Jesuite Ainscom de s'attaquer a vous, c'est que Monsieur Auzout dans sa censure 1) de la quadrature du Pere Gregorius avoit escrit quod notus toto orbe Geometra Æ. R. 2) approuvoit le jugement que le Pere Mersenne en avoit fait*). De la il s'est imaginè que vous en estiez l'autheur et celuy qui l'avoit suggerè au dit Pere. Mais il se trompe a ce que j'apprends de vous mesme, et c'est ce qui m'a tousjours semblè. je vous advoue aussi qu'il n'y a pas beaucoup de gloire a acquerir en refutant les fantasies d'autruy, et que vous avez raison de ne vouloir que celle la que vos propres euvres meriteront, toutefois je ne croiray jamais que ce soit a cause de cela que vous n'ayez encore paru, mais plustost parce que vous ne vous souciez pas de la gloire du tout. Et il n'y a asseurement que cette seule raison, qui vous empesche de mettre au jour tant des belles inventions que tout le monde sçait, et moy particulierement, que vous tenez enfermees. Touchant vos remarques sur Des Cartes, je m'en vay vous escrire derechef ce qu'en contenoit ma derniere lettre 3), celle que vostre portier a rebutée, de qui je ne puis assez admirer l'impertinence. J'avois escrit ainsi. Ayant examinè vos remarques sur le lieu de des Cartes je les trouve &c.

    depuis que je vous avois escrit cecy Monsieur Schoten m'a fait responce 4), dans la quelle il tasche tousjours d'excuser son maistre. Et sur ce que des Cartes dit du cas que le point C ne se trouve pas dans l'angle DAG [...]

[...]


1)  Sur cette ouvrage voyez la Lettre No. 315 [p. 457], note 4.   [Tractatus de Rationibus ... Una cum Censura integri libri de Proportionalitatibus ... R. P. Gregorius a St. Vincentio.  Cf. Aynscom, Expostio ac deductio, p. 27.]
2)  Voyez encore la Lettre No. 315   [Æ. R.: Aegidius (Gilles) de Roberval (^)].
[ *)  Cf. I, 132; Novarum observationum, p. 72.]
3)  Voir la Lettre No. 319 [p. 464].         4)  Voir la Lettre No. 320 [p. 466].

[ 486 ] [ v ]

[...]

    Vostre hypothese pour Saturne est certainement tresbien imaginée, et n'ayant point d'autres phaenomenes a concilier ny d'observations plus exactes, vous ne pouviez pas peut estre mieux rencontrer. Je m'estonne toutefois que vous ne faites aucune reflexion sur le temps periodique de toutes les diverses apparitions de Saturne, qui reviennent tousjours successivement et deux fois en 30 ans. Si les anses estoyent produites d'une exhalaison, il n'y a pas beaucoup d'apparence qu'elles renaistroient si precisement a des certains temps, et le quiteroyent de mesme. la forme ovale que du commencement quelques uns ont observée a esté causee de l'imperfection des lunettes dont ils se sont servy. autrement le corps du milieu de ce planete paroit tousjours rond a fort peu pres. Cette année je l'ay veu tousjours de cette forme Saturne, ligne l'année precedente il me paroissoit tel lors Saturne, anses que tous les autres observateurs la voyent ainsi Saturne, 2 petits cercles : mais avec des lunettes qui ne leur decouvroit pas le nouveau satellite, d'ou il s'ensuit que les mienes estoient meilleures.

    Monsieur Hevelius m'a envoyè dernierement &c.


[ A. van Helden, 'Saturn and his anses' en 'Annulo cingitur' in J.Hist.Astr., 1974.]





Home | Christiaan Huygens | G. P. de Roberval (top)