Chr. Huygens | Oeuvres VIII | Lettre à Colbert | Nederlands

Lettre , automate , avantages


[ 374 ] [ v ]

No 2272.

CHRISTIAAN HUYGENS à J. B. COLBERT 1).

27 AOÛT 1682.

La minute et la copie se trouvent à Leiden, coll. Huygens.

A Monseigneur COLBERT.

le 27 Aoust 1682.        
à la Haye.          

        MONSEIGNEUR

    C'est avec bien du regret que je me vois obligé si souvent et par de si longues intervalles a ne point participer aux exercices de nostre scavante Academie ni a l'honneur d'y travailler sous vos ordres. Mais la raison vous estant connue, qui n'est autre que l'interest de ma santé, j'espere que mon absence ne diminuera en rien de la bonté qu'il vous a pleu tousjours de me tesmoigner. J'ay taschè, autant que mes forces me l'ont permis, de m'occuper utilement pendant le sejour que j'ay
1)  C'est la dernière lettre de Christiaan Huygens à Colbert. Le généreux protecteur de Huygens mourut le 6 septembre 1683.

[ 375 ] [ v ]

fait en ce pais; a quoy l'automate du mouvement des planetes que vous m'aviez permis de faire construire et que j'avois commencè a Paris, m'a fourni de la matiere. Cette entreprise m'a donnè plus de peine que je ne m'estois imaginè, et je me suis trompè lors qu'en escrivant il y a quelques mois a Mr. Galois [<], je croiois a peu de chose près en estre venu a bout. Ce n'est que depuis quinze jours qu'elle est entierement achevée et de plus esprouvée et approuvée par ceux qui s'y connoissent. de sorte que j'espere d'avoir bien tost l'honneur de vous la presenter et quand vous l'en aurez jugée digne d'en faire voir l'effect a Sa Majestè. Il y a desia du temps que pour ce qui regarde ma santè, j'aurois pu m'en retourner a Paris, si je n'eusse estè retenu par cet ouvrage, que je croiois ne pas devoir laisser imparfait, sur tout puisque j'avois rencontrè un ouvrier fort habile. Il ne reste maintenant qu'a le satisfaire de son travail et c'est Monseigneur en quoy je ne puis avoir recours qu'a la liberalitè Royale, qui par vos soins se repand sur les sciences et a laquelle je suis si fort redevable. Le prix de la machine revient en tout a 620 escus, dont il y en a 520 pour le compte de l'horloger, et le reste pour ce que j'y ay deboursè icy et a Paris. Cette somme a ce que je crois ne paroitra que fort raisonnable pour l'ouvrage qu'il y a, sur tout si l'on considere que la machine de Monsieur Romer a coustè beaucoup d'avantage, quoyque inferieure a cellecy, tant parce qu'elle n'avoit point le mouvement d'elle mesme, qu'a raison de plusieurs autre perfections qui luy manquoient et qui se rencontrent dans celle de mon invention comme je fais voir dans la description que je prens la libertè de joindre a cette lettre. J'ay commencè outre cela une autre description plus ample, qui expliquera tout le detail de l'ouvrage, et le fondement de l'invention parce que je crois qu'elle merite d'estre conservée, aussi bien pour le moins que celles de plusieurs autres qui ont travaillè sur le mesme suject, et qui nous ont laissè leurs memoires. Je suis avec beaucoup de respect et de sousmission

        MONSEIGNEUR

Vostre treshumble et tresobeissant serviteur    

HUYGENS  DE ZUYLICHEM.            



[ 376 ] [ v ]

No 2273.

CHRISTIAAN HUYGENS à J. B. COLBERT.

27 AOÛT 1682.

Appendice au No. 2272.

La minute se trouve à Leiden, coll. Huygens 1).

Description de la Machine Planetaire Automate.

    La boete octagone qui contient la machine est large et haute de 2 pieds profonde de 6 pouces. La plaque dorée ou l'on voit le systeme planetaire est couverte d'une glace enchassee dans une bordure de cuivre dorè qui s'ouvre a charniere.
    Les chemins ou orbites des Planetes sont percées tout au tour, et les planetes paroissent au dessus de la plaque, chacune estant representée par une petite demie boule d'argent placée et enchassée au centre d'un petit rond dorè plat qui represente le ciel ou vortex particulier de la planete et qui la rend plus aisée a remarquer, outre que ces mesmes ronds servent dans Saturne Jupiter et la Terre a porter leur compagnons ou lunes, desquelles nostre lune tourne regulierement autour de la terre, et montre par sa position les nouvelles et pleines lunes et les autres phases.
    Le nombre de l'année, et le jour du mois paroissent a travers 2 ouvertures qui sont entre les orbites de Saturne et de Jupiter vers le bas.
    L'heure a) et les minutes se voient dans l'ouverture en demi cercle qui est entre les orbites de Jupiter et de Mars, ou le petit rond qui porte le nombre de l'heure, marche de gauche a droite et marque en passant les minutes gravées a la circonference. Et quand cette heure se cache, il en paroit une autre a l'opposite et ainsi toutes successivement.
    Une horloge enfermée dans la machine, et que l'on monte tous les 8 jours, fait aller les heures les jours les annees et toutes les planetes, fort precisement dans le temps de leur periodes, tant pour le moyen mouvement que pour l'inegalitè qui demande qu'elles aillent plus lentement a mesure qu'elles se trouvent plus eloignees du soleil, en quoy j'ay representè l'hypothese de Kepler.
    Quand on veut voir en un moment les mouvements des planetes qui se font pendant plusieurs annees, ou que l'on souhaite de scavoir leur position a quelque jour donnè d'année passée ou future, on applique la manivelle du costè droit, et on la tourne d'un mouvement fort aisè, jusqu'a ce que l'an et le jour donnè paroissent au milieu des deux ouvertures susdites. alors toutes les planetes sont dans leur
1)  Dans le livre F des Adversaria. p. 98.
a)  Ce que cette machine a de particulier par dessus celle de Mr. Romer.

[ 377 ] [ v ]

position veritable pour le temps donnè. Et pour les remettre au jour present on n'a qu'a tourner la manivelle du sens contraire, jusqu'a ce que l'année et le jour ou l'on est paroissent comme auparavant au milieu des mesmes ouvertures. L'on peut scavoir par ce moyen a quel jours toutes les conjonctions oppositions et divers aspects des planetes doivent arriver et quand elles devienent visibles ou se cachent pres du soleil. Auparavant que de tourner la manivelle l'on lache une vis en dedans de la machine, par ou l'horloge ne luy communique plus son mouvement aux planetes, mais les heures pourtant vont tousjours leur train et quand on a ostè la manivelle on serre derechef cette vis a fin que tout reprenne son mouvement ordinaire.
    Afin de voir quand on veut le dedans de la machine on a suspendu toute la boete a un chassis de fer qui tourne sur deux pivots. Il est cachè pour la pluspart derriere la boete. Par ce moyen on fait venir devant le costè de derriere qui touchoit le mur ou la tapisserie, et alors en abatant le couvercle on voit toute l'invention de la machine et l'horloge qui donne le mouvement. La principale pièce qui paroist est un grand axe couchè de travers le long de la placque de derriere dont il egale la largeur. cet axe porte les pignons qui engrainent dans les roues de chaque planete et dans celles des jours et des annees lesquelles roues sont toutes enfermees entre les 2 plaques de devant et de derriere dont la distance est d'un pouce. Et la plaque de derrière est [     ] 2) droit de chaque [     ] 2) à fin qu'ils puissent toucher leur roues.


Avantages de ma machine par dessus celle de Mr. Romer 3).  [^]

    Que la miene represente toutes les orbites dans leur veritable proportion au lieu qu'il a fallu a Mr. Romer faire celles de Mercure Venus la Terre et Mars beaucoup plus grandes qu'il ne faut a proportion de Jupiter et Saturne {1}. D'ou s'en suit que sa machine ne represente pas la veritable Idée du systeme du monde {2} ni le montre point les lieux apparents de Saturne et de Jupiter, ni les conjonctions des 3 planetes Mercurius Venus Mars ni de la lune avec Jupiter et Saturne {3}.
    Que mes periodes de toutes les planetes sont beaucoup plus justes {4} que dans la machine de M. Romer, parce que j'ay une meilleure methode 4) de trouver les nombres des dents des roues.
    Que mes planetes courrent au dessus de la plaque {4} au lieu que les sienes sont
2)  Mots illisibles.
3)  Ce qui suit est écrit au recto de la feuille dont le verso contient la description précédente. Il est donc incertain, et même douteux, que cette pièce ait fait partie de la description envoyée à Colbert. Consultez, d'ailleurs la Lettre No. 2255. [<]
4)  Celle des fractions continues. A cette occasion Chr. Huygens fut conduit à la découverte des théorèmes fondamentaux bien connus qui les concernent. On les trouve exposés pour la première fois dans la description de son planétaire, citée dans la note 5 de la Lettre No. 2255. [Opuscula postuma (1703), voir T. 21, 628-.]

[ 378 ] [ v ]

derriere et ne paroissent qu'a travers les cercles vuidez qui chacune en 4 endroits doivent laisser des morceaux pour tenir la plaque ensemble, derriere lesquels morceaux les corps des planetes s'eclipsent. Outre cela il y a encore ces deux avantages, l'un que Jupiter et Saturne portent avec eux leur satellites {5}. l'autre qu'en mettant quand je veux une terre un peu plus grande, à la place de celle que l'on y voit ordinairement accompagnée de la lune, je represente par là les diverses saisons de l'année, et le lever du soleil et des planetes au dessus de nostre horizon, et leur coucher {6}. De mesme qu'en mettant un plus grand Saturne je montre la cause de toutes les differentes apparences de l'anneau dont cette planete est entourée {7}.
    Que ma machine a son propre mouvement par le moyen de l'horloge que j'ay enfermee qui montre les Heures et les minutes {8}. au lieu que l'autre ne va que lors qu'on la tourne avec la main. Et son mouvement estant malaisè il n'y auroit presque point moyen de la faire aller par une horologe, de plus ce mouvement difficile fait que lors qu'on veut faire voir a l'oeil le mouvement des planetes on ne peut pas appliquer une manivelle a l'arbre, mais il y faut necessairement une clef, ce qui produit un mouvement interrompu et par reprises; au lieu que ma machine tournant par le moyen d'une manivelle {9}, fait voir un mouvement egal et continu dans toutes les planetes et qui va sans peine.
    Que celle de M. Romer ne peut estre suspendue contre un mur comme la miene {10} mais qu'elle doit estre sur une table ou sur un pied, en sorte qu'on y puisse aller derriere pour la faire tourner avec la clef, et pour voir le jour de l'année.
    Que l'on peut ouvrir la miene estant pendue contre un mur {11}, de mesme que l'on ouvre une montre, pour faire voir le dedans et pour y toucher en cas de besoin, ce qui n'est pas ainsi dans celle de M. Romer qui ne s'ouvre que par quelqu'un des costez.
    Que le jour du mois se voit par devant sur la plaque {12}, au lieu que dans la machine de M. Romer ce jour est marquè sur le costè de derriere.
    Que dans la miene il y a un fil attachè a la Terre et un autre au soleil {13} par le moyen desquels on decouvre le lieu apparent des planetes dans le zodiaque, ce qui ne se peut faire dans la machine de Romer a cause des tenons.




Home | Christiaan Huygens | VIII | Lettre à Colbert, 1682 (top) | Nederlands | 1703