Chr. Huygens | Oeuvres XXII > | Vertaling

Voyage , Paris , ms (1 feb.) , voyage , Londres


[ 525 ] [ v ]

Journal

Le voyage à Paris et à Londres de 1660-1

    Ce Journal a été désigné dans les Oeuvres Complètes par le mot Reysverhael (qui ne se trouve pas dans les manuscrits) ... publié ... par H. L. Brugmans dans son ouvrage de 1935 "Le séjour de Christian Huygens à Paris etc."
...
    En 1655 Christiaan et Lodewyk ... avaient eu à Paris pour cicerone l'ami de leur père A. Tassin [<]; en 1660 Christiaan, voyageant seul cette fois, n'y eut pas de mentor proprement dit.
...

[ 526 ] [ v ]

§ 1.  Voyage et séjour à Paris

    12 Oct.  Dinghd.  ten 2 uyt den Haeg met Wolfsen.  ten 5½ van Delft daer ick van der Wals bibliotheek*) eerst sagh, en rencontreerde N. Becker met Zuerius de getroude.  Ten 9 te Delfshaven met het schip; daer in was onder andere Mr. Hagens agent van de Pr. van Ligne, kende mij niet en sprack van de Horologies en van Huygens.  In de swaen was qualijck broot te krijgen, tot onse provisie 't scheep.
    *)  Cf. XVIII, 30, 698.  [ Veilingcatalogus in die van Chr. H. bij Misc. 4o.216 (>).]

    13 Oct.  ten 5 van Delfshaven.  tegen wind.  met een peert getrocken door de kil.  stopten 't tij int slaeck [bij Philipsland, zie kaart 'Zeelandia' (Blaeu, 1635) bij UvA.].


charte
Brabantia ducatus, Blaeu 1662 (1997)   N »     groot
Delft

 
Ant­wer­pen


    14.  Uyttet Vosmeer*) snachts.  't schip in 't laveren tegen een ander gestoten.  Jesuiten jongens int schip raesden als dol.  klop.  Jan Cloppen broer.  Te Bergen op Z. een vrouw uytgeset.  te 12 te Lillo.  Hagens, Wolfse en ick door een beslyckte kleywegh te voet nae Staebroeck.  Daer vond ick een grof Horologe maecker die mijn inventie van Douw [<] geleert had, en ...  Met een kar te Merxem ten 8 uren, is 3 ur. van Stabroeck en ½ van Antwerpen.
    [ *)  Vosmeer: "twelc Tholen scheyt van Brabant" (Van Meteren ^);  zie bij UvA de kaart 'Brabantia Ducatus', Visscher, 1642.]

    15.  ten 6½ van Merxem  ten 7 t'Antw.  Hagens cabinet gesien  niet veel besonders.  ten 10 de bagage aengekomen met het delfse schip.  gewandelt in de groote kerck*).  daer bij gelogeert in den Roosennobel tot Sr. Bommers.  Na den eeten met ons geselschap het Jesuieten Clooster wesen sien, geleijd op de bibliotheek, in de begraeffenis kelders, door Pat. Bolland die ick een packje van Heinsius bracht.  Thoonde mij 5 volumina de vitis Sanctorum die hij met P. Enschenius schrijft.  en is noch maer van die van Januar. en Febr.  Douartes besocht [cf. 9 avr.].  fraeye courante van La BarreTitiaens Madelene.  Sond mij excellente druijven.
    [ *)  De kerk werd beschreven door Michel de Saint-Martin (1661, zie noot bij 18 okt.), p. 76-82. ]

[ 528 ]   [ oct. ] [ v ]

    16.  Hoorde op de klocken spelen en was een luyende klock den bass. Cont.  aen P. geschreven.  Den Bayer Sr. Cramers [Hubert Crama] besocht.  liet mij sijn houte klockspel sien*).  bracht mij tot Sr. de Haes den draeijer.  sijn clavecingel met 4 treeties gesien.  t'eene maeckt de luijt, seer aengenaem.  Douarte mij komen vinden tot de Haes.  ontbeten tot Bommers.  ten 11 te laet aen de Heu gekomen.  Die naegeseijlt tot Willebroeck met een gehuyrde schuijt voor 3 guld.  Inde Heu is de vracht 15 st.  ten 8 te Brussel, in 's-Hertogenbosch in de Bergstraet.  seyden dattet beter is daer bij in S. Jacob.
    [ *)  Michel de Saint-Martin, p. 415: "ils font faire des Claviers, où est attaché du fil de fer qui tient aux cloches, avec lesquelles ils jouënt toutes sortes de pieces." ]

    17 Sond.  met van der Elstens soon gewandelt, het hof van Nassau gesien.  op den tooren geklommen.  gegeten tot vander Elst.  snamiddaghs nae Laken gereden, daer gesien de allee van d'infante tegen over de kerckdeur met een fontein aen 't ende.  Laet op den Tour gekomen.  van der Elsts dochter op de Guitare, niet besonders.

    18 Oct.  het parck, warande en 't hof gesien*).  galerij vol schilderijen, man die schrijft.  Coninghen en Coninginnen.  Piquerij, galerij daer d'Echo is, van ontr. 190 of 200 voet.  Daer in stond het scheepjen dat gebouwt word voor de Coningh, en beletten d'Echo.  Fontein in de Warande, hield een bol, en een mutsje op de strael drijvende.  Struijsvogel en 2 arenden.  s'achtermid. Comedie gesien Ecolier de Salamanca van Scaron.
    [ *)  Brugmans (1935): beschrijving in Michel de Saint-Martin, Relation d'un voyage fait en Flandres ... en l'an 1661, p. 404 (400: Palais du Roy d'Espagne). ]

    19.  Jesuieten bibliotheec gesien, is een lange galerij, daer was een groote brandspiegel van 2 voet diam. de stoel van Car. Quint. en een kas met eenige antiquailles.  apres disn. met een koets nae Anderlech.  geweest in 't Clooster van de Minimen, daer plaisante vijvers in de tuijn waren rondom met boomen.  Hadden Erasmus noijt hooren noemen.  Op den Tour met veel koetsen.  Den Resident Sasburgh besocht.

    20.  Verbeeck*) gerencontreert.  Op 't stadhuijs oude fraeije schilderijen van Rogier Weyden gesien.  Daer was oock merckt van schilderijen.  P. Sarasa besocht.
    *)  IV, 33: Gerardus Verbeeck, graveur en later ingenieur in het leger.

[ 530 ]   [ oct. ] [ v ]

Daer gevonden de schrynwerker die het horologe heeft dat met water gaet van Bettinus.  oock P. Fresneda [III, 210], die a. 55 met ons uijt vrancrijck quam.  was nu confesseur van Caracena.  seijde dat Alamont bisschop van Ruremonde was geworden.  Ambass. Boreel gearriveert.





Soig­nies
Brussel
charte
Brabantia ducatus, Blaeu 1662 (1997)   N »     groot
Antwerpen


    21.  Schrijnwerckers horologe wesen sien.  ten 2 van Brussel.  gegeven aen Baudry 12 pistolen [^] a 8½ voor mij en mijn jongen en bagage, daer voor gedefroyeert van alles tot Parijs toe.  ten 6 te Halle.  kleijn steedtje daer de lieve vrouw is van Lipsius.
    Diva virgo Hallensis, 1604  [Ned. 1605.]

    22.  Vr. ten 6½ van Hal, nergens onder d'aerde gereden gelyck I. Secundus*) schrijft.  gepasseert te Lembec  te Tubize, Braine le Comte.  smidd. te Sogny, niet daer in geweest.  is ontrent gelyck Hal.  ten 5 te Mons°).  Groote marckt.  Schoon gesicht op de wal over een wijt water.  In de kerck van Chanoinesses een oxaal [^] met seer fraeije beelden, van binnen een Resurrectie.  ter sijden in t choor een halfvergaene mans beelt met wormen, daer I. Secundus van schrijft.
    *)  Itineraria tria, 1618.
    °)  Zie Blaeu, Gallia (UvA):     carte

    23.  Sagen de Chanoinesses*) smorgens in 't Choor, met lobben om den hals en witte floerse doecken op 't hooft, dat niet quaelyck stondt.  Madame de Lorraine met haer dochter waren s'avonts te voren te Mons gekomen [cf. III, 191].  de Gr. van Bucquoy gouverneur van Hainaut, heeft daer een fraey huys.  Te 9½ van Mons.  gepasseert verbij S. Ghilain, Bossu, Condè, alle laten leggen aen de rechter handt, gepeystert te Ceveron.  S'avonts te Valenciene.  groote langwerpige mart, daer een kerck en oudt stadthuys is met het horologe daer I. Secundus van schrijft°).
    [ *)  Zie Michel de Saint-Martin (1661), p. 179-185.]
    °)  "Horologium ... amplum, mira arte horas, dies, signa zodiaca, dierum longitudinem, multaque ejus modi demonstrans"  [ cf. Michel de Saint-Martin, p. 413-4 ].

    24.  Op de wal geweest, steene muren, drooge grachten, vuyle en slechte straeten met veel houte gevels, meer als te Mons.  Ten 9 vertrocken, ten 4 te Cambray.  weynigh minder als Mons.  Grootte mart.  fraeije groote kerck a la gothique.  Horologe daer in met een draeijende son en maen en andere dingen, dat oock I. Sec. remarqueert.  Noch een andere nieuwer kerck a l'antique gewulft met vierkanties, maer de columnen quaelyck geproportioneert.  Autaer stuck, Marienbeelt Italiaens seer goet.  Don Fernando Solis de Gouverneur gesien als hij bij den Amb. Boreel quam.

[ 532 ]   [ oct. ] [ v ]

    25.  Maend. te 9 van Cambray gepasseert te ... te Ribecourt te Mesancouture, daer een weynigh verbij de limietscheyding is tusschen Nederlandt en Vrancrijck.  ten 4 te Perone.  dobbele grachten en wallen, groote lange mart, meest houte huijsen seer slecht.  Die van de Douane quaemen om ons goet te visiteeren  gaven op onse declaratie een briefjen van veu et visitè, en wij haer een escu.

    26.  Te Roye, a la Maison du Roij.  leelyck vuijl nest.

    27.  Smidd. te Gournay a la fleur de lis.  Plaisant dorp.  gepasseert te Pont S. Maxent op d'Oise, schoon gesicht met bergen achter het bourg, en de rivier daer voor.  gepasseert een kreupelbosch van 2 mijlen; 's avonts in 't donker, niet sonder peryckel van met de paerden te vallen, aengekomen te Senlis.  Deden dien dagh 12 mijlen.  logeerden au grand cerf.  b. f.
    De afkorting b. f. komt vaker voor, betekenis onbekend.

    28.  Wo. [donderdag]  Door een plaisant bosch gepasseert, smiddaghs te Louvre en Parisis, au grand cerf.  Slecht dorp.  ten 4 te Parijs.  brief van P. gekregen tot Boreel.  gingh logeren a la Rue de Bussy.  a l'hostel de Venise, snachts getier van den droncken taelmeester.

    29.  Chapelain besocht, Brunetti*) was a la campagne.  brief aen M. le Premier°) gesonden.  Een wijf met een pagesbroeck onder haer rocken quam in onse herbergh allerhande coordedansers sprongen doen.  Bosse besocht  me dit quel homme estoit le curè de S. Barthelemy+).  Escrit a P.
    *)  Cf. II, 71, n1.  [^]                 °)  Henri de Beringhen, cf. I, 83.
    +)  Pierre Cureau de la Chambre [1631 - 1693].

[ 533 ] [ v ]

    30.  Point trouvé Chapelain.  Vu M. de Carcavy [<].

    31 Oct.  à l'Eglise  chez M. Boreel.  disné avec luy.  au presche je rencontray Ouwerkerck, Vlaerdingen*).  S. Agathe [Jacob Boreel] me mena veoir son clavecin.
    *)  Cf. la lettre au frère Constantyn du 5 novembre, T. III, 170.

    1 Nov.  Entrè en pension chez le Fevre, apothic. à la rue S. Marguerite à 30 escus par mois.  Estè chez Bosse avec Post*).  promenè aux Thuilleries.
    *)  Add. p. 920: Il est possible que ... le peintre Fr. Post.

    2 Nov.  Esté veoir Vlaerdingen ou estoit le comte d'ille.  Point trouvè M. le Premier ny Gobert. [cf. I, 21]  disnè chez M. de Montmor avec Chapelain.  Chambre

[ 534 ] [ v ]

pleine de beaux tableaux.  Me donna un livre de poesies lat. de Balth. de Vias [^].  y vint l'abbè Quiliet.

    3.  le matin pleuvoit.  apres disn. avec S. Agathe point trouvé Martinot.  Entretenu M. Boreel.

    4.  avec S. Agathe et Zuerius*) estè veoir Martinot l'horologer, qui ne me connut qu'a la fin.  Friponnerie de Marlot°).
    ap. d. estè veoir Carcavy ou je fis connaissance avec M. le duc de Roanès.  luy laissay une lettre pour Brunetti.  Mr. le Premier et le Marquis d'Estrade +).
    *)  III, 170: "consul Zuerius". C'était donc David Zuerius, consul à Rouen (IV, 272)  [Const. H. brief 5625].
    °)  Lodewijk Marlot ... fils de David Marlot qui assista (III, 70) au mariage de la soeur Susanna en avril 1660 (III, 70).
    [ +)  L'édition de Brugmans ajoute: "m'avaient esté chercher." ]

    5.  Escrit à P.  Estè veoir le nouveau bastiment du Louvre.

    6.  M. de Sorbiere me vint veoir.  apr. disn. Carcavy.

    7.  Au presche chez Boreel, ou je trouvay Me. de Previgny.  disnè chez Vlaerdingen.  Estè a la comedie, ou je rencontray M. de Berteuil.  on joua l'Oedipus de Corneille.  Baronne Beauchasteau [actrice].

    8.  fait faire des habits.  avec Vlaerdingen au Luxembourg.  et chez M. Boreel.  S. Agathe parla de la nouvelle invention d'un batteau pour aller en un matin de Paris a Londres [cf. 25 nov.].  M. de Montmor me vint veoir.

    9.  M. Brunetti me vint trouver.  Je luy prestay mes papiers receus de Florence [III, 149-167],

[ 535 ]   [ nov. ] [ v ]

et donnay un exemplaire de mon antidivinis [Brevis assertio, 1660].  Envoyè le livre des mouches de Goddart a M. Boreel.  Estè veoir M. des Champs M. le Premier n'y estant pas.  Estè a l'assemblee chez M. de Montmor ou j'appris a connoistre Mrs. Auzout, Frenicle, Des Argues, Pequet, Rohault.  Des Argues fit un discours, si le point mathematique estoit une chose reellement existente, au quel M. de la Poterie s'opposa avec une vehemence merveilleuse et ridicule*).  M. Sorbière leut la lettre du Pr. Leopold a M. Bouillaut, par la quelle il luy envoya sa fabrique du telescope de toile°).  commenca, Sigr. Ismael +).
    *)  Cf. les expressions du frère Constantijn, III, 178: "cette belle assemblée ... opinion peu honorable", et 182: "il sembloit se mettre en posture de luy sauter au col".
    [ °)  Huygens avait reçu une description d'une telle telescope le 6 oct. (<). ]
    [ +)  Boulliau était parti de Paris le 3 oct., pour une voyage en Pologne (III, 134, 222: 20 janv. à Amst.).]

    10.  Estè acheter quelques livres, une boussole.  Auzout m'avoit estè demander.  Estè veoir Menard*) le faiseur de lunettes, qui me dit que M. Petit estoit de retour d'Anglet.  qu'il avoit veu un verre hyperbolique qu'un gentilhomme avait fait, mais seulement pour 3 pouc[es].
    [ *)  Menard (IV, 289), Guillaume l'ainé (^).]

    10 Nov. ap. d.  Estè veoir M. Chanut [I, 321] que je trouvay indispose d'une diffic. d'uriner.  Point trouvè le duc de Roanès.  Estè veoir Mle la Barre [I, 111].  Entendu le cadet sur le Theorbe, l'organiste sur le clavecin avec un dessus de viole [^].  Tous deux ont employ a la cour.  Mr. du Pelletier mon hoste me vint complimenter.

    11.  Martinot l'horologer me vint veoir, parla de l'invention du ressort [XVIII, 503] au lieu de pendule.  je luy communiquay l'application de la Roulette [^] aux horologes.  Veu le Roy a la messe dans la chapelle du Louvre.  La Barre et Gobert furent de la musique.  Disnè a la cornemuse avec Vlaerdingen et Zuerius.  Estè veoir Me de Previgny, qui parla beaucoup du Marq. de Meneville.  Le soir avec Vlard. [Vlaerdingen] no si yahiuox*), Mr. Douglas, fille de Mont.

    12.  Ellerenqam vint trouver Vl.  Luy 2*).  Bus.°) 30.  promit le lendemain a l'Eglise S. Eust. de 13.  Mr. le Premier m'avoit estè demander.  Escrit à P.  Estè veoir Carcavy.
    *)  ... écriture secrète ...             °)  Il y a un Korte beschrijvinge van Parys (1666) de Dirk Buysero.

[ 536 ]   [ nov. ] [ v ]

    13.  Estè veoir le duc de Roanes.  luy donnay l'invention de la Roulette aux horologes.  Chez M. Rohaut veu faire les experiences du vif argent qui verifient tout a fait le poids de l'air, et comment celuy qui nous environne fait toujours ressort.  vessie de carpe platte s'enfle dans le vuide pour cette raison [<].  Il est aisè de faire un grand vuide dans un vase au haut d'une maison, auquel seroit attachè un canal estroit de fer blanc de 36 pieds ou environ, car toute l'eau s'ecoulera hors du vase.  Chez Rohaut estoyent Carcavy et Auzout et quantitè d'autres.  Sa chambre estoit fort bien meublée et ses vases et tuyaux pour les experiences fort propres.  Point trouvè M. le Clersiller, ny le Marq. de Mortemarc.

    14.  fait la cene.  ap. d. avec du Mont et S. Agathe chez le Presid. Tambonneau estè entendre la musique.  le Moine joua fort bien de la petite viole.  Auprès de Madame.

    15.  Je fus veoir M. du Pelletier dans son cabinet.  J'empruntay de luy la description du Sepulcre de Chyndonax.  ap. d. point trouvè Mle Boreel [III, 231]Beuningen estoit encore a table estant arrivè ce mesme jour.  point trouvè Mle la Barre avec Vl. et Bus chez M. Beauchamp.

    16.  Montrè ma lunette à Menard.  chez qui je trouvay l'abbè Charles.  J'y vis du crystal de Madagascar purifiè, qui estoit fort blanc mais tout rempli de veines.  Pour polir les miroirs de metail Menard dit qu'il faut les adoucir avec la pierre ponce; apres mettre de la potee d'estain avec de la graisse de chapon crue dans un linge quadruple, et frotter avec cela le miroir.  ap. d. chez M. de Montmor ou je vis M. de Neurè [III, 373], et Tevenot.  demeure a la rue de Tourraine par de la l'hostel de Guise.

    17. Nov.  M. van Beuningen m'envoya mes pacquets de Florence estant avec moy M. l'abbè Charles et M. Frenicle.  le Pr. Leop. m'exhorta [III, 151] a l'observation de quelque estoile fixe a travers les anses de Saturne, ce que Frenicle aussi venoit de me dire.  Estè veoir M. de Beuningen ou je trouvay aussi M. de Gent et de Hubert.  ap. d. veu chez M. Rohaut les experiences de l'aimant.  Il en avoit un très excellent duquel un cousteau estant frottè attiroit trois clefs mediocres l'une au bout de l'autre.

[ 537 ]   [ nov. ] [ v ]

    18.  Leu les Escrits de Florence*).  apr. d. acheptay quelques livres a la rue S. Jacq. Baylioni°), chymie de le Fevre. Camilli gloriosi Exerc. Math.
    [ *)  Cf. III, 175, lettre de Brunetti: "les papiers ... que je vous renvoye".]
    °)  Giovanni Baglione, Le vite de' pittori... (1642/'49)  [pour Constantijn, frère (III, 146)]. 
[ Le Fevre: cf. catalogue Const. H., 8o.280 (>).   Glorioso: cf. I, 232 (n. 13), catalogue Chr. H., 4o.109 (>).]

    19.  Escrit au fr. de Z. [III, 184], Heinsius [III, 182] et P.

    20.  Demeurè au lit fort enrheumè,  apr. d. chez l'abbè Charles.  vu sa chambre obscure, grand paisage Italien.  grand verre de Menard.  vu Mr. de Prev.

    21.  Estè voir Mle. Boreel, ou il y avoit Me. Balantin.

    22.  M. Des Champs me vint veoir et prier a disner pour le lendemain chez M. le Premier.  ap. d. vu Bosse.  Point trouvè du Mont, Tevenot, Chapelain ny la Barre.  Vu M. de Clersiller.  Portrait de des Cartes.  me dit que la traduction des medit. de M. de Cartes est de M. le duc de Luines [1647].

    23.  Disnè chez M. le Prem. ou il y avoit Mr. de S. Luc, lieut. du Roy en Guiene. M. de Frontenac. Me. de Mielle. Des Champs.  Estè a l'academie de M. de Montmor, ou estoit le Marq. de Sourdy [II, 174]. a le cordon bleu [^].  M. de Neurè y leut son escrit des causes du Tonnerre, et l'on dit chacun son avis.

    24.  M. Gobert m'envoya un present de livres de musique de Lambert et autres,  apr. d. chez M. Boreel; avec luy a l'audience aupres des 2 Reines [^].  attendimes longtemps.  Nouvelle Ceres.

    25.  Avec S. Agathe et vander Hoeven estè veoir le batteau qui devoit aller en ½ jour en Engleterre sans voyle ny rame*).  Disnè chez M. le Prem. avec les Evesques de Langre, de Laon fils du Mares. d'Estrée, de Xaintes, les abbez Testu
    *)  Ni ici ni ailleurs, si nous voyons bien, Huygens ne dit quel était le pouvoir moteur de ce bateau, déjà mentionné le 8 novembre.   [ Cf. M. Keblusek, 'Keeping it secret', dans Hist. of Sc. vol 43, p. 37-56: 'malle schip' (De Son, Rotterdam 1653); cf. G. Schott, Technica curiosa (1664), 387-390, fig.]

[ 538 ]   [ nov. ] [ v ]

et de la Victoire, et Mle Testu.  grand traitement.  l'Evesque de Laon me raconta comment il avoit fait l'accord entre M. des Cartes et Gassendi.

    26.  Escrit [III, 192].  M. de Beringhen.  un marchand me vint veoir, un ignorant.  pesè l'oeuf. 2 onc. l'escaille 1½ drachm. ou 3/16 onc.

    27.  billet de des Champs.  estè chez M. le Prem. ou je trouvay le Mar. de Turene et le Commandt. de Souvray.  Parlay avec le premier de mes horologes, de lunettes, de nostre pais. &c.  M. le Prem. m'alla placer a la Comedie Italiene, dans la galerie des peintures.  Vu le Roy et les Reines, M. le duc d'Anjou, le duc de Lorraine; les trois niepces de M. le Cardinal [^] Marie, Hortensia, Marianne de fort pres.  du pain et vin.  Theatre ornè avec des tapisseries en broderie. et des colonnes dont les chapiteaux estoient des plumes blanches et rouges. trois montees avec des balustres.  La Sra Anna chanta.  M. la Barre joua du theorbe devant le theatre ou estoit toute la musique. Comedie de Xerxes, et 6 entrees de ballet [cf. III, 199].

    28.  M. le Prem. envoya veoir &c.  rencontrè Gentillot [III, 390] a l'Eglise.  Vlaerdinge disna avec moy.  Estè veoir M. Boreel, ou estoit Spijck*).  apres sa fille, jouè du clavecin.
    *)  Cornelis van Aerssen, seigneur de Spijck, 1627 - 1688, fils de Cornelis van Aerssen (1601 - 1662), mentionné à la p. 103 du T. IV.

    29.  Vu Carcavy, qui me presta quelques manuscrits.  point trouvè Gentillot.  ap. d. vu Chamboniere [<].  Point trouvè Sorbière ny Roberval.  pris 300 fr. chez van Gangel.  Vu Me de Gent et ses filles, ou vint M. d'Offenberg [Marlot, cf. IV, 273].

[ 539 ] [ v ]

    30.  Point trouvè M. le Prem. a disner, et m'en allay dans un cabaret.  vu le d. de Roanes.  Manquè Israel*) et la Barre.  achetè les Relations de Sorbiere°).
    *)  Israel Henriet ... (T. III, p. 179) ... marchand de gravures.
    [ °)  1660, p. 147-154: "a rather extensive description of Christiaan's work on Saturn" (^).]

    1 Dec.  Estè veoir Martinot.  Manquè Israel.

    2.  Escrit a Florence.  Visitè de M. du Laurent [II, 373] et Clersiller.  Billiet de des Champs pour la medecine universelle [cf. 23 dec.].

    3.  Le d. de Roanès me vint veoir.  de la force de l'eau rarefiée.  Pente de la riviere.  Gentillot y estoit.  Envoyè des lettres à Carlo Dati [III, 194], au Pr. Leop. et à mon P.

    4.  Point trouvè Chapelain, M. Auzout me vint veoir.  Envoyè scavoir si M. d'Hauterive [I, 58] estoit venu.

    5.  Tevenot m'envoya l'observation de Florence de la fumée descendante dans le vuide*).  j'allay disner avec Marlot et M. de la Chaise [III, 276] chez le d. de Roanes.  M. Pascal y vint.
    *)  ... Huygens connaissait cette expérience depuis quelques mois par une lettre de Guisony [III, 104].
[ Voir fig. dans Saggi ..., 1667. ]

    6.  Louè un clavecin.  vu Gobert, et Auzout.  B. F.  pas trouvè du Mont.

    7.  Vu M. Tevenot ou estoit Frenicle.  j'y vis les observ. de Fontana [I, 48].  Disnè avec Vlaerd.  a l'assemblee chez Montmor.  Scelete de .... ou l'on voyoit tous les nerfs, veines, arteres, le coeur, les yeux.  fait de fil d'archal couvert de soye.  Rohaut lut les experiences de l'eau qui monte dans les petits tuyaux [cf. 20 avr.].  la Poterie [cf. 9 nov.].  Systeme de Pecquet que la nouriture du corps est distribuée par les nerfs.  du Laurent m'avoit dem.  Mle d'Ouwerkerc morte en Angleterre.

    8.  Estudiè le quadrant de Vaulesart [^], fort ingenieux.  Message du duc de Luines et lettre de Brunetti.  Conrart me vint veoir. parla de Mle Periquet*).  Vu M. van Beuningen avec Conrart.  estè chez Boreel.
    [ *)  Mle Perriquet est encore nommée le 24 et 29 dec. Cf. Conrart à Const. H. sr, 18 fev. (<).]

    9. Dec.  Le duc de Luines m'envoya son carosse, pour le venir veoir.  J'y trouvay le duc de S. Simon.  Parla de l'invention aux carosses pour mesurer le chemin, et

[ 540 ]   [ dec. ] [ v ]

de l'usage des horologes pour les longitudes.  disnè chez M. le Premier ou estoit Gentillot.  Il me promit de me faire veoir le Roy, et M. de Bautru.  Point trouvè Chanut, Roberval, Sorbiere.  Vu Mle la Barre.

    10.  du Mont me vint veoir.  apporta les copies des pseaumes  du Laurent en mesme temps.  Escrit a P. et le fr. Z. [III, 208]

    11.  Veu du Laurent et ses inventions embrouillees et quelques machines pour les Sections Coniques.  Disnè chez les ambass.  Beuningen me montra le livre de Saumaise contre Milton [1660] ou il maltraite Heinsius Batave.  Vu Mle de Gent.  Ottersem la jeune.  Hauterive y vint.  la Roque.  Marlot.

    12.  Disnè chez Boreel, et l'entretenu jusqu'a 4 h.  Pieter malade.

    13.  Vu Chapelain, Conrard, Roberval.  point trouvè Carcavy.  promenè au Luxembourg.  le duc de Roanes me vint veoir et apres Paschal.  parlames de la force de l'eau rarefiée dans leurs canons*), et de voler.  je leur montray mes lunettes.
    [ *)  David Rivault, Les Elemens de l'Artillerie (1608): "canon ... qui ne se charge que d'air ou d'eau pure, & a neantmoins une incroiable force".  Mathematicall recreations (1653), p. 173: "How to charge a cannon without powder. ... This may be done with aire and water ...". Cf. 27, 30 dec., 12 jan.]

    14.  Tevenot me vint veoir a qui je prestay Baconis posthuma.  promit de me faire veoir la monnoye et imprimerie et le cabinet des medales du Doyen de S. Germain de Lauxerre.  Du Laurent me dit que de la Peirere estoit a Paris.  Payè au tailleur.  ap. d. point trouve Hauterive qui traittoit nos ambass.rs a Mont rouge.  A l'assemblee chez Montmor; vu M. Petit, Picot*), Bourdelot.  Rohaut expliquoit des petits tuyaux.
    [ *)  Abbé Claude Picot, traducteur de Descartes, Principia (^); cf. 'Les origines de l'Academie des Sciences', 1966.]

    15.  Receu des lettres de P.  du fr. de Moggershil [Ph. Doublet: III, 202], du fr. L. en Biscaye.

    16.  Vu Israel Silvestre qui me montra ses grands deseigns et planches de veau.  Vu M. Petit qui me donna son livre [1647], me monstra ses miroirs paraboliques, fort bien faits.

[ 541 ]   [ dec. ] [ v ]

ses verres de lunette trop minces. aymants, horologes, dioptrique d'Anton. de Dominis [1611], qui peut avoir donnè ouverture a des Cartes pour l'arc en ciel [<].  Touchant les causes Petit a quelque paradoxe en teste.  Boussoles d'un pied de diametre pour observer la variation de l'aguille.  Ap. d. du Laurent, M. Menard, et Vatier*) me vinrent veoir.  Apres M. Auzout. Je luy prestay mes papiers de Florence. Parlames des reigles du mouvement des corps qui se rencontrent, dont il en avoit des fausses.
    *)  Pierre Vatier (1623 - 1667 ['70?]), savant orientaliste. Il était professeur au Collège de France après avoir été médecin de Gaston d'Orléans. En 1658 il publia une traduction du grand Tamerlan [et en 1666: Des merveilles ... de l'Egypte, traduit de l'Arabe].

    17.  Escrit a P. et au fr. de Mogg.

    18.  Veu Nanteuil [III, 175] qui deseignoit avec de la paste de couleurs. colle de poisson. chambre bien meublee. il semble avoir bien estudiè.  ap. d. a la rue S. Iacques achetè des livres de musique et les pseaumes de P. chez Ballard [<]. sa femme extremement civile fille jolie. n'avoient pas envie de vendre de leur characteres.

    19.  Au presche de Des Marets chez les ambass.rs  Parlè a Me de Gent et Taillefer.  disnè là.  le duc de Roanes m'avoit estè demander deux fois.  billet de Clersiller pour venir chez Rohaut.

    20.  Vu Chamboniere qui joua du clavecin et chanta un air de sa façon qui ne me sembla que mediocre.  Vu M. et Made de Hauterive.  me montra son horologe a pendule, me promit de me faire veoir le dessein du louvre, et quelques maisons.  ap. d. chez Rohaut, un Espagnol y fit la separation de la mine d'argent.  J'y trouvay Mad. de Guederville et Mad. de Bonneveau [^] qui me pria de venir a l'assemblee chez elle.  allames à la Loterie, et en entendismes l'expliquation.

    21.  Sorbiere me mena veoir M. de Bautru et son fils.  Je parlay a M. le Premier.  point trouvè le duc de Roanes.  ap. d. chez Rohaut ou l'Espagnol acheva sa separation de l'argent.  Experiences des tubes et des petits tuyaux, y avoient les 2 dames susdites.  apres chez Montmor qui me conta de Roberval*).
    *)  Il parla peut-être de la querelle que Roberval lui fit un jour, en décembre 1658, dans sa propre maison (T. II, p. 287).

[ 542 ]   [ dec. ] [ v ]

    22.  Estè a l'audience chez le Roy avec nos Ambassrs.  attendirent longtemps dans la chambre de M. de Villequier*) Cape. des gardes.  lict magnifique.  disnè avec les Ambrs. ou estoit Hauterive, P. Graef, Haersholte [III, 253], Medevoort, Bormania.  apr. d. a l'audience chez les Reines.
    *)  Louis Marie Victor, duc d'Aumont.

    23.  Vu le duc de Roanes, donnè a M. le Prem. le memoire de l'Elixir vitae*).  ap. d. point trouvè Me de Gent.
    *)  Voyez le 2 dec. 1660 ... III, 208 ... plus de 50 ingrédients: voyez W. Ploeg, 1934, p. 83-5.

    24.  Me vinrent veoir du Laurent avec ses ineptes inventions, Tennulius*).  Escrit a P.  Conrart me vint veoir, promit de me donner a disner avec la Periquet.
    *)  Samuel ten Nuyl, cf. III, 508.

    25.  Noel.  au presche chez les amb.  Petit m'avoit estè demander.  ap. d. vu Boreel qui dit qu'il a donnè a traduire de l'arabe la veritable histoire du grand Tamerlan [IV, 186].  vu Me de Gent.

    26.  Au presche ibid.  ap. d. en passant ouy le presche d'un moine a S. Mederic. Eglise toute tapissee, et la chaise de velour.  Vu Mad. de Bonnevaux, ou estoit M. Cordemoy. Mr. et Mad. de Guederville, Auzout, qui dit que dans 15 jours on representeroit la Comedie de Jason, avec des machines du Marq. de Sourdiac. parlames de Moise; de l'ame qu'Auzout croit estre corporelle.

    27.  le duc de Roanes me vint veoir.  Conrart me pria a disner par un biliet pour Mercredy.  ap. d. je fus veoir M. Menard. avec qui j'allay pour veoir les medales du

[ 543 ] [ v ]

doyen de S. Germain mais ne le trouvames pas.  M. de Carcavy m'apporta une lettre de M. de Fermat [III, 212], la premiere que j'eus receu de luy.  il demande a Carcavy mes ecrits.  le duc de Roanes m'envoya son canon de mousquet avec le piston pour faire l'experience de la rarefaction de l'eau et de sa force.

    28.  Vu M. Petit, ses lampes a miroir, moulin en modelle.  chez Montmor, dispute de Rohaut et Auzout.  Abbè Bourdelot promettoit son discours de la goutte.  Prestè a Thevenot mes papiers de Florence.

    29.  Escrit a Fermat.  Disnè chez Conrart avec Mle Periquet, d'Ablancourt, Chapelain et encore un autre.  Estè avec Thevenot veoir la Monnoye, les machines pour le grand ballet. de Vigarani.  l'imprimerie royale.

    30.  point trouvè Post.  disnè chez le d. de Roanes avec le Chev. de Merè inventeur des partis dans le jeu.  M. Miton.  esprits forts.  du Bois.  de la Chaise.  Estè avec Roanes et du Bois chez Petit.  apres chez moy.  discouru de ses canons.

    31.  Escrit a P.  Brunetti me vint veoir.


1661.

    1 Jan.  Vu M. le duc de Luines, me presta l'invention pour mesurer le chemin en carosse.  ap. d. pas bien portè.  M. de Roanes me vit, parla des miracles du Port Royal par l'espine de N. S. et d'aller veoir Miton.

[ 544 ] [ v ]

    2.  Au presche chez Boreel.  ap. d. vu Thevenot, et luy donnè le livre des insectes [cf. 9 nov.].  Vu M. de Montmor et son cabinet.  Me donna la gazette burlesque de Lorets.  M. de Guederville et Auzout m'avoient estè chercher.

    3.  Menè Post chez M. le Premier.  Estè chez Me de Bonneveaux ou estoit l'abbè Quillet &c.  Clersiller.  disputames des refractions contre des Cartes.

    4.  Estè veoir Marlot et de la Chaise logez en une mesme chambre.  Marlot me promit du crystal de Madagascar et de mener vendredy chez Me de la Basiniere.  parlè de l'algebre avec de la Chaise.  Ap. d. chez Bosse.  probleme en l'ovale [XX, 221].  Chez Montmor, ou Bourdelot parla de la goutte.  Beuningen n'y pouvoit venir.  Pequet contre Bourdelot.  Montmor me dit de la revolte de Mexico, de la fausse conspiration contre le Cardinal, de Gillon.  De la conspiration en Angleterre et comment decouverte.  Guederville raconta l'histoire de l'apothicaire f. et du commissaire clysterizè par le conte de Guiche [cf. 10 janv.], Marq. de Coalin &c. bruslè les informations au lieu des delinquants.

    5.  Me vinrent veoir Clersiller, Auzout, Thevenot.  Clersiller presque convaincu pour les refractions.  Auzout me pria à disner pour samedy.  Estè chez Sanson [III, 205], tables geographiques [^].  Chez Mariette, oeuvres du Pautre, qu'il en a pour 50 liv.  le livre de Ruel d'Israel Silv. sera achevè dans un mois. [1661]

    6.  Estè avec le duc de Roanes chercher Miton, que ne trouvames point.  disputè de la Relig.  je luy dis mon invention pour le piston, de mettre la filasse plus haut [XVII, 258].

[ 545 ]   [ jan. ] [ v ]

Ap. d. Estè veoir M. de Guederville, M. de la Vieuville Evesque de Rennes.  me dit que la Pr. Royale avoit la petite verole.  Vu Conrart ou estoit M. Tanier un bossu doct. de la Sorbonne, grand Jansente.

    7.  Du Mont m'apporta des airs.  Promis de parler pour luy a Beuningen.  Escrit a P. et fr. de Mogg. [rép.: III, 219]

    8.  Chez Auzout montrè ma maniere de faire des verres, present Mrs. Guederville, Petit, Carcavy, d'Elbene, Thevenot.  Essayè des Lunettes.  disnè la ensemble et bien traittè.  b. f.  Mad.e de Guederville y vint apr. disner.

    9. Dim.  fait la cene, et disnè chez Boreel.  Disputè avec luy du changement des Latitudes.

    10.  Estè veoir Hauterive qui me dit la nouvelle de la mort [3 jan.] de la Pr. Royale.  promit de me mander a disner et de me mener aupres du Roy et de M. le comte de Briène.  Estè veoir M. de Bautru qui me promit de me faire veoir le Pere Arouis [V, 433] et sa machine du mouvement des planettes.  disnè chez M. le Prem. ou estoit la Marquise d'Effiat fille du Marq. de Sourdy, Madle Beaumont et l'Abbè de la Victoire, parlerent du comte de Guiche. et que le Mar. de Grammont avoit parlè au Roy pour le faire punir ou l'esloigner, dicis causa.  Mle Beaumont discourut des nouvaux equipages aux Indes.  point trouvè Petit, ni Chamboniere.  Estè chez le Blond [III, 232]; moitiè fou. me fit veoir quelques desseigns.  Vu Mle la Barre, ou M. Damascene le medecin Astrologue me donna son livre, fort sot.  Busero m'avoit estè demander.

[ 546 ]   [ jan. ] [ v ]

    11.  Estè veoir le manege de S. Toit et Foubert.  point trouve Post.  disnè chez les Ambassrs.  Receu une lettre du Fr. L. de Madrid [rép. III, 226].  Estè chez M. de Montmor, ou Bourdelot harangua encore de la goutte.  formes pour les tetons des femmes.  Mr. de la Cuisse.  priè à disner pour samedy.

    12.  A l'audience avec nos Ambrs. chez M. le Cardinal.  Point vu son Em.  l'abbè de Parabere introduisit les Ambrs.  dans l'antichambre estoit le duc de Vendosme, Mr. de Lionne.  ap. d. estè veoir Carcavy qui me promit de me mener chez l'abbè de Villeloin.  Je fis avec Zuerius l'experience de l'eau rarefiée dans le canon. [Cf. 13 dec.]

    13.  Estè veoir Marlot et M. de la Chaise.  Marlot parla mal de Mr. le Premier.  Achetè les tables de Sanson pour le fr. de Mogg. pour 36 liv.  le duc de Roanes et du Bois me vinrent veoir.

    14.  Du Mont m'envoya un clavecin, et m'escrivit une alemande.  ap. d. de la Chaise me fut veoir.  Escrit a P.

    15.  Renvoyè le clavecin louè.  disnè chez Montmor avec Chapelain et Thevenot.  vu son cabinet. tableaux, instruments de Mathem. venu d'Aleaume*).  Pierres d'aimant. figures d'Albert Durer. jouet des petites planches liees avec des rubans. Esguille suspendue tournant a tous sens. petites bouteilles dans l'eau qui montent et descendent sans qu'on s'en appercoive°).
    *)  Jacques Aléaume ... fut employé par Henri IV à dresser des plans de constructions nouvelles de Paris ... déchiffreur de dépêches interceptées...  [La perspective ..., 1643.]
    [ °)  Ludion, cf. 'A Philosophical Toy'; et II, 41.]

    16.  Estè entendre Hotteman sur le theorbe et la viole a l'hostel de Guise, ou il est bien logè.  est nè de Bruxelles.  Du Mont estoit avec moy.  pot au feu.  apr. d. point trouvè Busero.  Chez Petit, me pressa son traittè du Canal [1658].  me monstra son

[ 547 ]   [ jan. ] [ v ]

Observatoire.  me fit veoir sa femme et sa fille, ou je trouvay le Marq. de Durazzo. Envoyè de Gennes, et ses cousins, et fimes connoissance.

    17.  Point trouvè Post.  Vu Blondeau faiseur d'instr.*)  Rencontre M. Jannot°).  achetè des livres et du ruban.
    [ *)  Peut-être Baptiste Blondeau.]         °)  Qui, en 1657, était Consul de France à la Haye (II, 108).

    18.  Vlaerdingen, Beverveurde, Clopper, Saemslach disnerent chez nous.  Vu l'abbè Charles, parla d'astrologie.  Estè considerer le bastiment du Louvre.  Menè M. van Beuningen chez Montmor.  Promis a Pecquet mon systeme de Saturne [1659].

    19.  Habit de deuil [cf. III, 229].  Estè avec Menard chez Charron, vu les medales modernes et antiques.  apres chez M. Menage a l'assemblee [I, 398].  il fit raconter a Boisrobert ses historiettes de Milord Fildin de Ninon [IV, 183] et du Marq. de Villarseau, du Marq. de Sourdiac faron faron fari.  Me donna un air de Cavalli dont il avoit fait les paroles.  promit de me faire veoir Ninon et Madle de Scudery.  Il y avoit M. de L'Aunoy qui escrit contre les Saints. la Mothe le Vayer [XXI, 563], le fils Gudius.

    20.  Avec Me le Ferrè et Me. Roussel a Charenton, entendu Morus.  J'y vis Me de Turenne, Made et Madle de la Trimouille.  ap. d. point trouvè le Marq. de

[ 548 ]   [ jan. ] [ v ]

Durazzo, ny de Sourdy.  Vu Petit son clavecin et son orgue.  Vu Me de Gent, tres satisfaite de l'acceuil des Reines.  jouè avec les damles.

    21.  Escrit a P.

    22.  Frenicle me vint veoir.  ap. d. vu le duc de Roanes.  Estè chez Mad. de Bonneveau, me prierent fort que j'expliquasse mes principes pour la rencontre des corps.  Menage m'avoit estè demander.

    23.  Au presche chez les Ambassrs. et disnè avec eux.  ap. d. vu Mad. de Gent qui receut visite de l'amb. de Venise et de Mad. de Flavacourt.  Petit m'avoit estè chercher.

    24.  Vu Sorbiere et Chamboniere.  envoyè a M. Burat mon livre pour y escrire des pieces.  Vu l'abbè Charles.  Estè pour entendre Gautier [<], ou deux demoiselles vinrent jouer.  Vu Mle Petit*).
    *)  Marianne Petit, fille de Pierre Petit, plusieurs fois mentionnée [...].

    25.  l'abbè Charles m'amena Buot le Mathem.  M. Roussel [^] m'apporta une monstre de sa façon pour veoir.  Sorbiere me conta l'histoire des enfants de Mr. du Bosc.  Je le menay chez nos Ambasrs. et les accompagnames chez M. de Grammont.  disnè avec les amb. ou estoit Marlot.  Vu Mad. de Gent.  Medevoort m'avoit estè chercher.

    26.  Du Mont m'apporta a dejeuner des andouilles de Troye et du vin.  joua des fantaisies.  ap. d. point trouvé Hauterive, parlè au Marq. de Chasteauneuf.  Donnè a Conrart la lettre de mon Pere.  Vu Chapelain.  Et apres Menage. Covilles. Marq. de Lude baiser de Judas, Medevoort m'avoit demandè.


    [ III, 226, lettre à Lodewijk, 26 jan.: "... d'acheter une chaise, et d'employer des porteurs".]

[ 549 ]   [ jan. ] [ v ]

    27.  Point trouvè Clersiller ny de Santes.  portè une lettre de P. a M. de Turenne.  grand cour, alcove avec des rideaux taillez de bois.  Vu le Marq. de Durazzo.  Son hypothese pour le reflus, assez ridicule.  bien meublè.  ap. d. Menage me vint prendre, et me mena veoir la Bibliotheque de M. le Cardinal ou l'on avoit estalè quantitè de beaux tableaux Italiens appartenant a Jabach. En marge: M. Fouquet les a achetez pour 80 mille escus.  original du Marq. del Guasto [III, 233] et sa femme. la courtisane de Titien, qu'avoit Beck.  J'y vis le livre des poissons*), l'alcoran arabe.  chez l'abbè de Boisrobert qui conta de Maugran, diamant et roy supposè.  pistolet manaça sa viole°).  Vu des Champs, Mle la Barre s'excusa.  Vu Mle Boreel.  au soir confid. de Zuer.
    [ *)  Journal des frères Villers (cf. 10 avril), 372: "livre de parchemin de deux doigts d'espaisseur, dans lequel on a peint en mignature les plus rares poissons de riviere et de mer et une bonne quantité de coquilles. ... tout y est representé au vif et au naturel ...". ]
    °)  Le passage se réfère à quelques tours pendables joué à Maugars, célèbre joueur de viole, par Boisrobert et d'autres, racontés par Tallemant des Réaux dans "Les Historiettes" [II (1834), 114] ...

    28.  Cheaveau*) me vint veoir a qui je donnay mes theor. des superficies des Conoid. et Spher. et les nouvelles proprietez de la Cycloide pour les pendules.  Escrit a P.  Estè a l'arcenal, ou Marlot me fit veoir l'appartem. de M. de la Meleraye.  grand sale avec un beau platfonds.  Crystal de Madag. pieces de 200 livr.  a la comedie au Palais royal, vu jouer Sancho Pansa gouverneur d'une Isle, affamè. Et les Pretieuses Ridicules de Moliere, Masquarille masquè. le conte enfarinè.
    *)  Chauveau, un condisciple de Descartes à la Flèche [cf. A. Baillet, 21], professeur de mathématiques à Paris. Ou bien s'agit-il de François Chauveau, né en 1621 [1613], mentionné à la p. 258 du T. III? [Cf. VI, 649; et IV, 6: "je n'ay rien vu de luy d'extraordinaire".]

[ 550 ]   [ jan. ] [ v ]

    29.  Emplette de livres et estuis.  Gobert me vint veoir.  ap. d. Menage me vint querir et me mena chez Mle de Scuderi.  corps de jupe noir, robbe de bleumourant. grands yeux noirs et les cheveux de mesme. un peu sourde. Me leut les poesies de M. Pelisson et les scènes sur la fauvette et ses amours avec le Roitelet.  il y avoit M. de Segray qui me promit de me faire veoir Mademoiselle, à qui il est. Mr. Menardiere lecteur du Roy.  Mr Boyer y leut sa comedie de Policrite. eut encore pour auditeurs Mad. de S. Ange, niepce de M. de Servien, belle blonde. Mr de Rinsy, et autres.  Menage me promit de me faire entendre Mle Bourdrai.

    30.  Au presche chez les Amb.  Montrè a Mad. de Gent un tour de point de genes de 15 cent liv.  ap. d. point trouvè Hauterive.  Vu M.le Petit, la fis jouer de la trompette marine. appris que cet instrument n'a ny plus ny moins de tons que la trompette.  le Marq. d'Aumont y vint, aisnè du Mareschal, avec M. Fouquet son gendre, et prem. escuyer de la grande Escurie.  J'y vis aussi de Berteuil et luy fis mes excuses.

    31.  Vu avec nos amb. a l'Eglise N. Dame la ceremonie des Obseques de M. le duc d'Orleans*), decedè depuis un an. Chapelle ardente d'environ 500 cierges. l'Eglise tendue de deuil, et la dessus grand nombre d'escus des armes de France. la Cour de Parlement y assistoit avec les chambres des comptes. le duc d'Anjou, Pr. de Condè,
    *)  [...] Il favorisait la science. D'après la p. 175 du T. II Huygens avait l'intention, en 1658, de lui faire parvenir, par l'intermédiaire de Chapelain, une copie de son Système de Saturne.

[ 551 ] [ v ]

et duc d'Anguien avec des robbes trainantes de 7 aunes, et des bonnets quarrez et des capuchons.  disnè chez les amb.  jouè au biliart avec Medevoort contre Raesvelt et Zuerius.

    1 Feb.  avec Medevoort, Raesvelt, Vorstius [III, 170] et Collier en carosse au bois de Vincenne.  Vu l'exercice des mousquetaires du Roy, et quelques compags. de casaques rouges. la cavallerie et l'infant. se chargerent. le Roy l'espee a la main. M. de Turene aupres de luy.

manuscrit avec dessin

Le chasteau est basti de nouveau. porte tres belle et un autre vis a vis pour aller a la seconde cour.  disnè chez Medevoort.  Ap. d. este veoir ensemble le Val de grace, coupola tres haute, et beau cloistre en quarrè. grand jardin avec des fontaines. Eusmes querelle avec le concierge qui nous voulut enfermer.

    2.  Estè veoir M. de Berteuil Conseiller.  Point trouvè M. de Turenne.  vu M. Thevenot. qui me fit veoir la lettre de Ricci [cf. 18 fevr.]Apollonius en estat d'estre bientost divulguè [1661].  parlè de mon systeme.  promis de luy escrire.  Receu une lettre

[ 552 ] [ v ]

de Heinsius [III, 229]. que mon antidivinis est reimprimè a Florence, mais ostè quelques passages choquant la Relig. Romaine [XV, 396].  ap. d. visitè par M. de Marets qui m'amena l'abbè Graneri.  Estè chez M. Chapelain ou s'estoit rendu M. Amprou Conseiller de la relig.  allames veoir ensemble M. Hardy, qui conta avec beaucoup de circonstances comme il avoit vu le livre de 3 Impostoribus*).
    [ *)  A. Mothu (n. 13) cite Denonain: "Hardy ... traité qu'il avait 'vu et lu' vers 1620-1625".  Cf. DigbyDe tribus impostoribus, 1598, ed. 1867.  Th. Cantimpré, Bien boeck (1488), 279, Exempel: Simon de TournaiDer byenboeck (ca. 1450), 193: "symon van tornaec ... Dre sijn dar die de werlt mit oren seckten em vnderdanich ghemaket hebben. Alse Moyses. Jhesus. ende Machametus."]
[ Autre signification: Epistola..., J.B. Morin, 1654Historia..., 1660.]

    3 Feb.  Estè avec Gentillot chez M. le comte de Briene, qui estoit empeschè de traiter avec Messrs. nos Amb.  de la au jardin de M. Renard  belle terrasse.  Rencontrè la Mad. la Premiere avec Madle. Beaumont, et la Marq. d'Effiat.  Vu ensemble la maison de Renard. Chambre de bois. Une autre ou il y a à l'entour des copies de Rafael, et un Dedale et Icare au platfonds, une 3.me en haut encore avec des copies de Rafael. Adam et Eve.  Estè chez M.e Petit. accommodè son clavecin.

    4.  Escrit a P. mon fr. de Z. [III, 231] et de Mogg.  M. Cheauvau me vint veoir et ap. d. M. Charon.

    5.  Estè veoir M. de Marlot et M. de Carcavy. Marlot me promit du crystal de Mad.  disnè chez les amb.  point trouvè M. le Prem.  Vu M. de Bautru. qui me fit venir ses petites filles et le portrait de l'une que faisoit le fils de Juste. promit de me donner a disner avec Menage et M.le de Scudery.  Estè chez M.e de Bonnevaux, ou M. de Guederville lût des tourbillons de M. des Cartes, et nous expliquames la sphere de Copernic. M. Auzout. l'abbè Quiliet.  Marq. de Durazzo m'avoit estè chercher.

    6.  Estè veoir Carcavy pour veoir le deffaut de son horologe.  a 9½ allames veoir brusler le Louvre, la petite galerie et une partie de la grande.  disnè chez l'abbè Charles, avec M. Ariste, Magalotti &c. et les fis regarder par ma lunette.  Estè veoir Me de Gent.  Parlè des affaires de du Mont a M. de Gent, et du Marq. de Durazzo.

[ 553 ]   [ feb. ] [ v ]

    7.  Estè veoir la foire S. Germain, receu un billet de M. Chapelain qui me convia a diner pour apresdemain chez M. Amprou [VI, 578].  Estudiè sur le clavecin.  a. d. Point trouvè M. le Prem.  Hauterive ne se voyait pas.  Rendu visite a l'abbè Sibour ou je rencontray M. de Grave, qui me promit de me faire entendre Gotier [Gautier] et le joueur de l'angelique.  Estè veoir Mr. de Flavacour et Taillefer.  Point trouvè le Marq. de Sourdi. ny M. de Clersiller.  Promenè avec M. de Montmor par la foire S. Germ. ou estoit Mademoiselle. le Roy et son frere.

    8.  Estè veoir M. de Spijck, ou estoit Gentillot, et nous lut sa lettre a la nouvelle duchesse de Jorck [III, 173].  Point trouvè Clersiller.  ap. d. Chez Ballard qui n'estoit pas au logi.  Cherchè en vain M. Frenicle.  Estè a l'assemblee chez M. de Montmor, ou M. de la Potterie parla du feu Elementaire sous le ciel de la Lune. Priè Rohaut qu'il me donne la juste hauteur de l'argent vif dans ses tuyaux.  achetè auparavant chez le Blond l'eventail de Callot et le portrait de Cosm. de Medicis pour 2 sous [escus], pour le frere de Z.

    9.  l'Abbè Charles me vint veoir, me promit la recepte pour faire son Ros solis.  trocquames son grand verre convexe contre mon microscope.  me dit qu'il avoit veu avec son telescope M. le Cardinal assis aupres de sa fenestre, fort defait et languissant.  disnè chez M. Amprou Consr au Parl. avec M. Chapelain. M. de Montplaisir Lieut. du Roy à Arras. M. ...  parlè de l'astrologie. lû des vers de M. de Montplaisir, son songe et quelques autres. c'est luy qui est autheur du Temple de la gloire [^].  Chapelain nous conta de Mr. de Scudery, de Costar, de Menage. Me promit l'exposition des noms du Cyrus et Clelie.  me presta quelques lettres de Pascal touchant le vuide. [>]

[ 554 ]   [ feb. ] [ v ]

    10.  Ne me portay pas bien.  ap. d. Sibour me vint prendre avec Mrs.... et le Roy*), et me menerent chez M. Vignon a la rue des Mauvais garçons, pour entendre son concert de 5 angeliques, lequel instrument est de son invention°).  Ce fut luy et 2 de ses filles avec 2 autres de ses disciples.  la cadette fort jolie.  Il joua apres seul.  M. le Roy me promit de me faire connoistre M. Justel, et M. Sarcamanan.
    *)  Un habitué des cercles scientifiques, secrétaire de Colbert, père et fils.
    [ °)  Cf. Récit de Jean Rou: "le sieur Vignon, inventeur de l'angélique instrument de musique, participant du luth et du théorbe", dans Mémoires inédits, 1857Manuscrit Béthune (1978/9): tablature d'angélique, pièces de Vignon (e.a.).]

    11.  Escrit a Minen, Heinsius, le fr. de Z. [III, 238].  ap. d. avec le duc de Roanes pour veoir le perpetuum mobile du P. Bourgoing, qui n'avoit rien de cela.  point trouvè M. Ferrier*) a la rue des poules.  Estè dire adieu à M. de Medevoort.
    *)  ... Jean Ferrier qui avait travaillé jadis pour Descartes, et déjà pour Aléaume (XXI, 228).

    12.  Menè M. Chapelain aupres de Beuningen.  disnay avec les Ambassr.  Sorti avec Beuningen, point trouvè M. Menage ny Conrart, ny la Potterie pour ouvrir la biblioth. de M. le Cardinal.  Estè veoir celle de M. de Thou*), et de la chez Mad.le Chavotte [Javotte?].  Tevenot, Mr. de Justel, le Roy, l'abbè Graneri m'avoient estè dem.
    *)  ... dirigée par les frères Dupuy. Huygens l'avait visité en 1655 [I, 342].

    13.  Estè a Charenton entendre Morus, avec Me. le Fevre, M.rs Kelmer, Fraser, Valckenhaen, qui fut battu de quelques mousquetaires insolents.

    14.  Point trouvè Tevenot, ny Auzout, ny Amprou, ny la Roque.  Vu M. de Marets, ou estoit M. de l'orme [Amproux sr].  medirent de Morus, et de Marets me montra des pasquins [^].  M. le Roy me mena veoir Justel, ou estoient M. de Segray, M. Focaut [Claude Foucault?] Cons.r au Parl., qui vouloit aller en Hollande.  2 lettres du Pr. Leopold. [p. 70, n.2]

    15.  le Marquis de Durazzo me fut veoir. proposa d'aller ensemble a Veau.  disnè chez les amb.  vu M.e de Gent; esté avec Beuningen chez Montmor, ou Bourdelot parla encore de la goute et fort bien.  Menage m'avoit estè dem.

    16.  M. Amprou me vint veoir.  Mr. d'Elbene, Tevenot, Auzout me vindrent prendre et allames veoir les machines dans la grande sale nouvelle des ballets. qui consiste en deux pavillons, l'un pour la profondeur du theatre, l'autre pour les spectateurs. de cettuicy le toict est trop haut a proportion du bastiment. dans les loges la aupres, nous vismes jetter de basreliefs en moule. la matiere estoit du papier cuit et pilè. le moule de platre que l'on graisse avec de l'huile.  dans la galerie du Louvre il

[ 555 ]   [ feb. ] [ v ]

y avoit desia quantitè de tableaux pour les scenes, ou il y avoit beaucoup de dorure aux rehaussements, qui fait un bel effet. vu les effects du feu [<] dans la galerie du louvre et celle des peintures; le dome entamè et tout nourci par dedans.  Mr. Cramoisy nous fit veoir l'imprimerie royale.  Disnè chez M. d'Elbene, dans sa chambre de papier marbrè, avec lesdt Mrs. et le Nostre, grand inventeur de Jardinages, et de celuy de Veau.  Mr. d'Elbene protecteur des ...  Tevenot me ramena.  lettre de Madrid du fr.

    17.  Visite de l'abbè Charles.  de la complexion forte, belle humeur, et peu de reconnoissance du C. Mazarin.  Estè veoir l'abbè de Boisrobert.  me monstra le portrait de Ninon nue dans la chambre, de M. de Villarsau avec celuy de Me. Scaron, Mle de Manicamp. &c.  me presta ses vers a M. le Card.  moines laquais du Pape.  Point trouvè M. le Premier qui estoit à Vincenne. ny Petit.  Vu M. le Roy, rue du Petit Bourbon pres de S. Sulpice. decouvris son ignorance.  apr. d. vu M. Clersiller, qui me montra les figures pour le traitè de l'homme de des Cartes, les unes faites par Mr. de la Forge*) Medecin a Saumur. les autres de Gutschoven [<], qui estoyent mieux faites [^].  Point trouvè Gobert, ny le duc de Roanes, ny Chapelain.  Vu Mle Javotte chez Mr de Sainteboeuf.
    *)  L'homme de René Descartes et un traitté de la formation du foetus parut à Paris en 1664 [Lat. 1662] avec des remarques du médecin Louis de la Forge [il publia en 1666 un Traitté de l'esprit de l'homme, Par./Amst.].

    18.  Escrit a Zuerius, Sr. Riccio [III, 248], P.  ap. d. visitè par Mrs. Foucaut et Justel. l'abbè de Boisrobert, Mr. Petit.

    19.  ap. d. chez Menage, et de la chez Me. de Bonneveaux, ou l'on refuta la doctrine de des Cartes pour la lumiere. abbè quiliet; quoyqu'ils n'y croyent pas.

    20.  Au presche chez Boreel et disnè avec luy.  biliet de l'abbè Sibour.  Mr. Foucaut avec Justel me menerent veoir faire le manege a un chien chez del Campo. apres allames chez Foucaut entendre 2 demoiselles Sarcamanan, et M. Bertaut*). Nous donna la collation. un garçon de Bertaut dansa la sarabande.  de la j'allay chez M. de Guederville qui m'avoit priè pour veoir les marionettes italienes. apres lesquelles il y eut bal. M.le d'Ornano, M.le Coquaij. la petite Saintot la plus belle.
    *)  [Blaise] Berthod, chanteur de la chapelle du roi  [Tristan l'Hermite a dédié à luy 'La Lyre' (1641)].

[ 556 ]   [ feb. ] [ v ]

    Ces marionettes sont suspendues par enhaut a des fils de fer roides que les plumes qu'elles ont sur la teste cachent: les mains et les pieds et de quelques unes la machoire d'enbas se meut par des filets deliez que je apercevois fort bien pour estre assis fort proche. Papillon, Serpent, castagnettes. Politionelle [Polichinelle].

    21.  Point trouvè l'Evesque de Beziers [Bonzi; III, 213].  vu l'abbè Graneri. qui me montra des livres du comte Pagan; et ses lunettes d'approche.  A l'academie de Plessis estè veoir M. Morbet, et vu monter des chevaux.  Point trouvè Post.  ap. d. avec M. Menage point trouvè Bautru, estè veoir Me. de Rambouillet aagée de 72 ans. fort civile. bel apartement. Artenice*).  de la chez l'abbè de Villeloin [Marolles]. grande quantitè de livres bien reliez, pleins de taille douces. disoit qu'il en avoit pour 100.000 liv.  J'y trouvay la Peirere le Preadamite qui conta de son audience aupres du Pape. le General de Jesuites luy avoit dit. Ego et Sanctissimus bene multum risimus de tuo libro [1655].  Estè a la conference en la biblioth. de M. de Thou.  M. le Roy m'avoit dem.
    [ *)  Arthenice, anagramme de Catherine.]

    22.  Visitè par M. de la Peirere le Preadamite, M. Amprou conta de la maison de M. Inselin [Hesselin] et des pieces qu'il fait aux Des.  Mr.... Mr. Morbay, M. Burat, le duc de Roanès.  ap. d. avec M. l'abbè Graneri chez le comte Pagan, qui croit avoir fait merveille avec ses nouvelles decouvertes dans l'astronomie*). Est aveugle depuis longtemps.  De la nous fumes à la foire S. Germ.  Kelmer revint a 9 heures du bal ou il avoit eu quelques coups.
    *)  Voyez le T. XXI [p. 138, 143; La theorie des planetes, 1657].

    23.  au Palais achetè des Romans, Celinte, nouvelle de Mle. de Scudery. Alcidamie de Mle des jardins.  point trouvè van Gangel, ny Gobert, attrapè au palais par la messe.  ap. d. Pris de l'argent chez van Gangel.  point trouvè M. Justel.  Estè chez M. Sarcamanan, sa femme et fille mal en ordre. me promit sa comedie en musique

[ 557 ]   [ feb. ] [ v ]

imprimée, et de me faire entendre son concert.  Chez Me. de Gent, ou il y avoit Mr de Bonneuil  Me. le Cocq et sa fille. le comte d'ille.

    24.  l'abbè Sibour me mena chez Gautier qui nous fit entendre des choses admirables. sa seconde estoit simple. ne joua que des pieces en a la mi re.  Point trouvè Hauterive ny Petit.  Vu le Marq. Durazzo, qui me montra ses tableaux, et parlames du voyage a Veau.  disnè chez Monglas avec Gentillot, qui me mena veoir le comte de Briene, et apres son fils, mariè a la fille de M. de Chavigny.  vismes ses tableaux, un excellent d'Albert Durer, et un de Corregio.  Un crucifix que son Pere fit apporter de Mic. Ange.  Vu Mle. Petit. et la fis jouer du clavecin, des pieces de Monard son maitre fort belles.

    25.  Mal de teste, pris un lavement.  Escrit a P. et le fr. de Z. a qui j'envoyai 2 taille douces de Callot.  Renvoyè l'abbè de Villeloin.  Achetè une cassolette dont la lampe brusle avec de l'esprit de vin. et une plume sans fin*).
    [ *)  Cf. Diderot et d'Alembert: 'plume perpétuelle';  description: Daniel Schwenter, 1636, fig., p. 520.]

    26.  Estè a l'hostel de Condè ou je ne trouvay pas de la Peirere comme il me l'avoit promis.  ap. d. Estè avec le carosse de M. Amprou au Louvre et vu dansser le ballet de l'Impatience, ou je menay avec moy Mrs. Haersholte et Falck [Adriaen Valck].  le comte de Talonet*) nous fit entrer et placer: la scene estoit une allée d'un bois. le Roy. M. de Guise et quantité de Seigneurs de la cour y danserent. Mles Verprè, Giraut, de la Faveur.  Mle la Barre et apres Mle Hilaire chanterent chascune un recit. la Sra. Anna avec les Italiens.  Mr de Guederville, et M. Justel m'avoyent dem.
    [ *)  III, 253: "Un conseiller au Parlement qui est de mes amis." (note: Talouet/Talhouet) "la presse estoit grande par ce que la sale ne l'est gueres; le feu ... ayant emportè la galerie des Peintures ou l'on avoit basti un beau theatre, pour y faire danser ce mesme ballet."]

    27.  Escrit au f. Louis*) à Madrid.  Chez Me. de Gent, ou estoit Me de Flavacour et Taillef.
    [ *)  III, 253: "J'attends tous les jours ordre pour passer en Angleterre ..." ]

    28.  Mr. de la Peirere me vint veoir.  item M. de Montmor.  et Gudius qui me donna un livre grec qu'il venoit de faire imprimer*).
    *)  Marquard Gudius, déjà nommé, publia en 1661 à Paris une édition du "Traité de l'Antéchrist" de S. Hippolite.

[ 558 ] [ v ]

Disnè chez le Marquis Durazzo, avec l'abbè Siri*) qui escrit l'histoire de ce temps en Ital.  cercles d'argent percez a jour, mis dans des plats et les plats de viande dessus. confitures en deux bassins apres la nappe ostée. ap. d. il m'entretint longtemps de ses pretensions pour le rang &c.  Point trouvè M. Amprou.  Vu Me de Guederville qui estoit au lit. de velour avec une grande crepine d'arg.  point trouvè M. Auzout.  vu du Mont qui joua de ses compositions et m'en promit.
    *)  Vittorio Siri, 1608 - 1685, historien italien, fixé à Paris, y publia longtemps le "Mercurio ovvero historia de correnti tempi" [1644-].

    1 Mars [mardi].  Ap. d. estè veoir M. Foucaut, et avec luy a la rue S. Ant. pour veoir les masques et la grande quantitè de Carosses [^]. sur le pont neuf le monde estoit rangè comme a un theatre, et toutes les rues remplies. dans l'Eglise des Jesuites nous vismes le crucifix et autres figures exprimèes par des petites flames de lampes.

    2.  Estè avec Valckenhaen a Maison rouge veoir M. d'Hauterive, et disnè avec luy, ou estoit le jeune conte de Warfusé, le petit marquis et M. du Fayan. il me mena par tout dans la maison et dans les jardins et le parc, ou il y a partout tres belle vue. une fontaine dans le parterre devant la maison et une autre petite dans le jardin potager. la maison a de face 202 pieds, de profr. 54. la grande salle en haut 74 p. et 30. les meubles estoyent en haut du magazin, sinon ceux de son quartier, ou il y avoit une chambre avec du damas jaune et une alcove et plat fond. avec un cabinet d'une petite estoffe.  En revenant entrames dans la Bastille, et montames sur la voute qui est de pierre de taille, et ou quelques uns des prisonniers ont la libertè de se promener. d'autres sont enfermez dans des chambres qui ont la vue sur la cour de dedans, et il y avoit a cet heure 25 ou 30 des gazettiers qui avoient mal parlè de la P. Royale: il y a un logis qui traverse la cour pour le gouverneur Mr. de Baiseman.  payè 2 mois a Me. le Fevre.

    3.  ap. d. point trouvè M. Frenicle.  Vu M. Conrart qui me conta des belles actions de M. de Fabert, et de l'esprit qui luy estoit apparu*).  vu Mle Petit et son Pere.
    *)  Abraham de Fabert ... [1599 - 1662] ... une nuit, pendant qu'il dormait, le Maréchal crut voir quelqu'un qui se disait envoyé pour satisfaire son esprit sur les questions les plus difficiles, notamment sur celle de la création du monde dont le livre de la Genèse ne donne pas l'explication entière.   [^]

    4.  Escrit a P.  Disnè chez M. l'Evesque de Laon, ou estoyent Mr. de Montmor, d'Elbene, Amprou, Chapelain, Tevenot, Auzout, de Launoy, Mahè, Durieu.

[ 559 ]   [ mars ] [ v ]

bien traitez en poisson.  ap. d. parlames de voyages, de l'origine des mores, du comete*) &c.  M. Amprou me ramena et m'avoit estè prendre.  M. Sibour m'avoit demandè, et Mr. van Beuningen.
    *)  En France personne n'avait pu voir ["a cause du temps couvert"] le nouveau comète (III, 253 et 280), que le frère Constantyn observait à la Haye dès avant le 10 février (III, 237). Cf. III, 235 [n. 9] sur les observations faites à Leiden par Kechelius. [Cf. 8 mars.]

    5.  Dessinè Mle. Petit. Estè chez la Douceur qui me fit entendre son fils de 5 ou 6 ans jouer du clavecin.  ap. d. Estè veoir Mle de Scuderi ou estoit Me Talemans, &c.  De là à l'assemblée chez Me. de Bonneveaux, ou vint M. de Montmor. l'on traita des tourbillons de M. des Cartes. Me. de Guederville m'entretint de son voyage a faire.

    6.  au presche chez les ambs. et disnè avec eux. Beuning. me montra ce que luy escrit M. d'Amerongen de las cantioneras &c.  Estè veoir la comedie de Jason [Toison d'or] au Marets, et les machines du Marq. de Sourdeac. quelques changements de theatre estoyent fort beaux, comme aussi le combat de l'air de Zethes et Calaïs contre Medée. les vers excellents, du vieux Corneille. on paya un louis d'or dans l'amphitheatre. un demy dans le parterre. 8 louis pour une loge.

    7.  Dessinè.  M. Marlot me vint veoir.  apr. disn. il me fit veoir la maison de M. de Basiniere [cf. 4 janvier]. Bel escalier. Trois beaux apartemens. dans ceux de Madame un lit de velour noir avec des passemens larges d'or par bandes. un autre semblable de velour violet. les alcoves tapissees de mesme. des chaises avec des petits matelats et quantitè de galans. les chambres peintes et dorees. miroirs avec des bordures d'or. un 4e nouvel apartement, sale, antichambre, chambre et cabinet de l'ordonnance et ouvrage de M. le Brun [^]. ces 3 derniers tout reluisans d'or, sinon ou il y avoit des tableaux, et quelques enfans dans la voute peints de blanc. la sculpture par tout excellente, l'embellissement de cet apartement coustera environ 40 mille escus.  Estè veoir l'abbè Charles, qui me montra des pacquets de lettres du Card. Maz. escrites à luy. et me donna des gans et un petit fusil d'argent.  Sorbiere y vint de Vincennes et dit que S. Em. se mouroit assurement.  Vu Mle Boreel.

    8.  Dessinè Mle Petit. Donnè a son pere l'observation de la comete*).  Disnè chez les Amb. avec Marlot. avec luy au palais royal, point trouvè la reine d'Anglet°).
    *)  Le 4 mars Huygens écrivit "du comete". Comparez la p. 174 qui précède [J.d.Sç. 1665, 58-60: 'Si l'on doit dire le comete, ou la comete.'].
    °)  Henriette-Marie de France (1609 - 1669), veuve de Charles I. Cf. III, 224. C'était la mère de la Princesse Royale décédée le 3 janvier. Elle venait d'arriver en France (III, 254).

[ 560 ]   [ mars ] [ v ]

Estè a l'assemblée chez Montmor. ou M. Pecquet parla de la generation du poulet dans l'oeuf et fut sifflè.  Sorbiere me dit que M. de Montconis [>] estoit arrivè et qu'il me l'ameneroit.  Peres feuillants m'avoient estè demander.

    9.  Copiè du traitè de Fermat de constr.e probl.*).  ap. d. Point trouvè M. Pascal.  Vu M. Justel, qui me donna la clef du ....  Vu M. Amprou et dit adieu.  point trouvè M. et Me de Guederville.  Vu M. Auzout. et communiquè ma methode pour les surfaces des conoides et sphaeroides. et de evolutione curvarum.  dit adieu a Menage, qui me dit ses justifications touchant l'Elegie a M. le Cardinal [cf. III, 120] qui mourut a Vincennes cette nuit a 2 heures.
    *)  ... III, 256-8, ... XX, 209, n. 69... d'autres copies... d'écrits de Fermat. Huygens avait reçu de Carcavy la Pièce dont il est ici question.

    10.  achevè le portrait de Mle Petit.  achetè des medales du roy la reine et M. le Card.  M. Tevenot avec un autre m'avoyent demandè.  ap. d. Chez Marlot, point trouvè Mle. Taillefer.  Dit adieu a M. le Premier qui a le gouvern. de Marseille.  a M. de Bautru.  A M. Sibour.  point trouvè Roberval.  vu Sorbiere et chez luy Mle de Razilly.  M. de Marlot me presenta a la Reine d'Angleterre. et a la princesse. joua du clavecin. perroquet. chat sur la table. que dites vous Mad? jy demeuray jusqu'apres le souper. M. S. Albans me vint dire des civilitez.  M. de Guederville m'avoit dem.

[ 561 ]   [ mars ] [ v ]

    11.  Escrit a P. le fr. Mogg. à M. Petit.  M. Amprou me vint dire adieu  me dit que M. le Premier et l'autre Beringhen de qui son frere de Lorme a la soeur sont parents.

siphon     12.  Visitè par Mrs. Tevenot, Auzout, l'abbè Charles, M. de Sorbiere qui n'amena pas M. de Monconis, revenu de Rome.  Disnè avec Sorbiere chez les Ambassrs.  M. Menage et Carcavy me vindrent veoir.  Dit adieu a M. le Roy.  point trouvè Foucaut, ny Pascal.  Parlè a Petit le libraire [II, 426] des horologes pour la vefve de Coster.  adieu au duc de Roanes qui m'apprit l'experience du siphon a trois bouts.  estè chez Me. de Bonnevaux ou estoit Quiliet, Auzout et Guederville.  Henritiade poeme latin de Quiliet.

    13.  Copié Mle P.  adieu a M. Boreel et sa fille.  a M. de la Peirere.  Esté veoir le Pere Dominique et le Provincial aux Feuillants, qui me monstrerent leur lunettes d'approche la Bibliotheque. le Provincial me donna son livre de Philosophie.  point trouvé l'Envoyé de Genes [Durazzo].  adieu a l'abbé Charles qui me dit la recepte de son eau. Remplissez une bouteille de succre pilé et passé par le tamis; mettez y apres tant d'eau commune que la bouteille peut tenir, et remuez les bien que tout le sucre se fonde. Faites le passer par un linge pour oster toute ordure, puis meslez y le quart d'eau de vie.  le duc de Roanes et M. Petit m'avoyent demandé.

    14.  Dit adieu a M. d'Offenberg [Marlot], commission a Me Brus*).  Dessiné Me P.  M. van Beuningen m'avoit esté dem.  ap. d. le duc de Roanes et M. du Bois me vinrent veoir, et disputames de la Relig.  Envoyé une cassette a van Heteren [marchand] pour mon fr. de Mogg.
    *)  Mad. Bruce, née van Aerssen. Voyez sur Alexandre Bruce, comte de Kincardin, e. a. la p. 568 qui suit [4 avr.].

    15.  Du Mont malade.  M. Foucaut me vint veoir.  ap. d. chez Me. P.  dit adieu a Sorbiere.  à Mle la Barre.

    16.  Vu l'ouvrage de Post.  achetè des livres du Pautre [cf. 5 janv.].  point trouvè M. Frenicle.  pris congè de M. Chapelain ou estoit M. de la Mothe Vayer.  de M. Conrart.  disnè chez M. Foucaut avec M. Justel et Gomberville.  point trouvè M. de Clersiller.  adieu a M. Gobert.  point trouvè le duc de Roanes. ny M. Montmor ny l'Evesque de Laon. ny Tevenot. ny Mle. de Scudery.  Jouè a la foire avec M. la contesse de

[ 562 ]   [ mars ] [ v ]

Roye*) et Mle de Gent, et gagnè.  M. Conrart et Auzout m'avoyent estè chercher, biliet du duc de Luines.
    *)  Isabelle [Elisabeth] de Durfort-Duras, mariée en 1656 à Fréderic-Charles de la Rochefoucauld, comte de Roye qui avait servi dans l'armée des Etats et mourut en 1715.

    17.  M. de Monconis me fut veoir, et me dit que Divinis et Fabri me preparoient une replique, que Divinis estoit fort picquè de ce que je l'avois nommè vitrarius artifex, qu'ils alloyent pourtant me respondre avec toute civilitè, que Fabri maintenoit encore son hypothese en mettant 6 satellites derriere Saturne, et qu'il me monstreroit 20 belles consequences que j'eusse deu tirer de mon systeme, posè qu'il fut veritable, entre autres le mouvement de la terre.  Estè avec Monconis chez le duc de Luines, a qui je montray ma lunette d'approche et le microscope, vismes Chaliot [Chaillot] et le mont Valerien. le jeune Marquis.  ap. d. vu M. Justel qui me donna les clefs de Cyrus et Clelie et des vers de Mle des Jardins. fait des adieus.  trouvè M. de Montmor. Rohaut*), qui fit l'experience d'une larme de verre [<,>], et me donna la mesure de la hauteur du vif argent.  Estè veoir M. Tassin [<], a la rue S. Honorè. estoit au lit dans une petite chambre obscure, pour avoir eu la jambe rompue il y avoit 6 semaines. je le trouvay beaucoup plus raisonnable que jadis, et me remercia fort de ma visite. Dieu soit louè.  Pris de l'argent chez van Gangel.  adieu a Me. de Gent et ses filles.  les ducs de Luines et de Roanes m'avoient demandè.
    [ *)  Le 7 dec. 1661 Huygens décrit au frère Lodewijk, qui était à Paris, des expériences avec sa 'machine pneumatique'avec "Si vous voyez Monsieur Rohaut ..." (III, 397).]

    18.  Dit adieu a M. Petit, qui me donna un lettre pour M. de Ranala.  A. M. Q. [?]  disnè chez les Ambass.  M. van Beuningen me conduisit jusques en bas.  Adieu au Duc de Roanes, et M. du Bois, qui me fit escrire a Vogelaer*) une recommtion. Parlames des cylindres flottans. M. de Carava°) y vint.  Tevenot apres soupper.  livre et billiet de Bertaut.
    *)  Peut être D. de Vogelaer, p. 432 qui précède [<]. Voyez sur d'autres membres de cette famille la p. 192 du T. IV.
    °)  Sans doute Louis-Armand Gouffier, comte de Caravas.

    19.  Payè Me le Fevre. adieu aux commensales Maser, Canceler, Falckenhaen [Valkenhaen], Pren, Linneman, Kelmer, Horst. il y avoit eu auparavant Haersholte, Falck [Valck] de Zutphen, Isselmuijde.  M. Morbais vint dire adieu. Du Mont envoya une bouteille

[ 563 ]   [ mars ] [ v ]

de vin de Condrien.  Bertaut avec Burat.  Buot m'apporta un probleme quil avoit resolu [III, 258].  Gobert me donna un livre d'airs et m'envoya, sommes nous pas trop heureux.



[ 566 ]   [ mars ] [ v ]

§ 2.  Voyage et séjour à Londres etc.

    Party a 11 heur. avec le coche de Calais en compagnie de 3 Anglois Mr. Ingram, M. Tounsen, et le valet. payè pour moy 20 liv. pour mon laquais 18, le coffre 13.  passè a S. Denis.  a 5 heures a Beaumont. belle vue a la porte de l'Eglise qui est sur une montagne. l'oise y passe.

    20.  disnè a Tillar. terre montagneuse. cailloux a fusil.  couchè a Beauvais, belle ville, eglise a veoir.  Mrs de Montjoie et de Coudray nous suivoient en carosse, leur gouverneur M. de Baumal.

    21.  disnè a Sanpuy [Cempuis] pauvre village.  couchè a Poy, plaisamment situè dans un vallon.

    22.  disnè a Rein, village,  couchè a Abbeville ville plaisante et dans un beau pais, les filles y portent des mantes comme a Calais et Diepe. Murailles de Brique. garnison.

    23.  disnè a Nanpon [Nempont], petit village,  couchè a Montreuil situèe sur le penchant d'une montagne. gastée par les guerres. il y a quelque garnison. en chemin nous decouvrimes la mer. tour du ruban nouè aux deux pouces. Prestre catechisant les enfans dans l'eglise. ouy. non.

    24.  Disnè a Franc [Frencq] meschant village.  couchè a Boulogne. plaisante vue en approchant de la ville. Il y a la ville haute et basse separees. Dans la haute deux ou 3 fontaines, M. de Villequier*) est le gouverneur.
    *)  Antoine d'Aumont etc., voyez le 22 décembre.

    25.  Cheminames ½ lieue le long du bord de la mer qui est plein de grosses pierres.  apres par le pais haut, dejeunames a un village a 3 lieues.  arrivames a 5 heures a Calais.  le pais a l'entour de la ville est tout bas et ressemblant a celuy de la Hollande. peut estre inondè par les escluses qui sont gardees par le fort de Nieulet [^].  Donnè ma lettre a des Glarges [VI, 652].  logè au Lion d'argent.

    26.  le temps trop rude nous empescha de partir.  promenè aux remparts avec de Glarges. ils enferment un vieux mur et un petit fossè. le port se gaste de plus en plus par le sable. est gardè par un petit fort appelè de Risbanc.  M. le Comte de Chavros [Louis de Béthune]

[ 567 ]   [ mars ] [ v ]

gouverneur. M. de Courtebourne L. du Roy. Il y a une belle place d'armes au milieu de la ville, ou est la maison de ville fort endommagée par le feu il y a quelques temps.

    27.  le temps de mesme.  Escrit a P.  estè au fort de Nieulet avec les Marquis francois en carosse.

    28 et 29  ne pusmes pas partir encore.

    30.  fusmes debout a minuit. croyans partir.  Embarquames a 10 heures dans le pacquet-boot, le temps estant beau.  Marsouins, maquereuses [macreuses].  Arrivez a 8½ a Dovre, ou la coste est haute et blanche.  pour le passage on paye un escu par teste. l'on conte 8 lieues, et l'on passe parfois en 3 heures.  la ville est en bas environ aussi grande que Calais.  logè au port a l'enseigne du navire, d'ou l'on voit le chasteau et des rochers de craye.  Il y a 4 postes d'icy à Gravesend dont on paye 4 schillings pour chacune.

    [ UvA:   carte   'Regni Angliae nova tabula', Joh. de Ram, 1689.]

    31.  je pris un carosse a 6 chevaux, avec M. Ingram, pour 5 pound. et envoyames hardes avec le coche pour un sou la livre. fusmes tres incommodement dans ce carosse qui estoit petit et si bas qu'on ne pouvoit pas tenir la teste droitte.  arrivames a 5 h. a Cantorbery qui est a 15 lieues.  Entrames dans la grande eglise qui est tres belle et haute. l'on monte dans le choeur par 12 ou 15 degrez. on y disoit les common prayers en chantant et les chanoines vestus de surplis.  sous l'eglise il y en a un' autre ou preschent les francois. plusieurs belles sepultures.

    1 Apr.  Disnè a Sittingburn qui est a 15 miles.  reposè un heure.  passè a Chattum ou nous vismes quelques 14 fregattes.  un peu plus avant est Rochester petite ville.  passames sur le pont de la riviere de Chattum, qui est long et bien basti. c'est a 11 miles de Sittingburn.  soupames a Gravesend, 7 lieues plus avant, et avons fait les 33 miles de Cantorbery jusqu'icy en moins de 11 heures, le carosse allant un train mediocre.  le village n'est pas grand. il y avoit 14 ou 15 fregattes a l'ancre. au deux costez de la riviere il y a deux petits forts.

    2.  il faisoit trop de vent pour prendre un paravoar, et nous fumes d'avis de louer un lighthors, qui sont des batteaux beaucoup plus grands et couverts, et menez par 6 hommes.  cousta 20 sch.  le vice-admiral Lauwson s'en vint avec nous.  à Wollits il nous mena veoir un jacht que l'on bastit pour le Duc de Jorck [cf. 8 fevr.] et nous presenta une petite collation dans la maison du maistre charpentier.  nous vismes encore grand nombre de navires sur la riviere, et à 4 heures entrames dans Londres.  prismes un carosse, et je fus trouver le Pr. Maurice, cherchay une chambre dans le voisinage.

[ 568 ]   [ avril ] [ v ]

    Il est déjà question dans la lettre du 20 janvier 1661 [<] du frère Constantijn d'une mission en Angleterre de Maurice le Brésilien [...].

    3.  Je fus veoir S. Huls de qui j'empruntay 7 pound.  Disnay avec le Pr. Maur.  ap. d. saluè M. de Beverweerd et M. van Goch.  vu Cat. Smits*) et Mr. Swan [II, 548].
    *)  Catharina Smits [Smitz], fille de Caspar Smits, peintre hollandais établi à Londres: voyez le 8 avril. Elle était bonne musicienne; voyez nos T. III [276] et IV [33, 63].

    4.  Avec Swan a Withall. van der Does [III, 230] me montra les tableaux au cabinet du Roy. un excellent de Quintin. vu la ceremonie dans la chapelle du Roy, a cause de la feste de l'annonciation. offrande. prayers avec musique de voix et d'orgue.  disnè chez nos ambass. saluè M. van Hoorn [^].  ap. d. vu Mle de Beverweerd [Charlotte: III, 222].  estè chez M. Brus*), vu Madame au lict. avec M. Brus au jardin de Withhall estè veoir la
    [ *)  Alexander Bruce (1629 - 1681), second Earl of Kincardine; cf. 14 mars, et IV, 256.]

[ 569 ]   [ avril ] [ v ]

machine*) pour dresser le telescope de 35 pieds.  Attendu M. Morre [Moray] dans sa chambre, qui ne vint point.
    [ *)  Cf. Voyages de Monconys, II, 77.]

    5.  Avec le Pr. Maurice et Weiman este a Hamtoncourt, maison du Roy assez belle, bastie par le card. Wolsey, tres-belle tapisseries. triomphes de Mantegna. Canal nouveau que le roy fait faire dans le parc. 100 pieds de large. 600 beches. jardin a costè ou il y a une fontaine. 2 beaux attelages de 6 chevaux venus du duc d'Oldenbourg.  apres souper M. Brus et Morre me vinrent querir pour observer au jardin de Weithall mais ne vismes rien a cause des nuées. M. Robert Morre nous donna des kaecks et du sec, M. Paul Neel [Neile] de son Cidre fort excellent.

    6.  l'Ambass. de Florence vint visiter le Pr. Maurice. mangeames des huitres. M. de Montjeu et de Coudray y dinerent, et M. de Vicq. Silvius [Gabriel] et Boreel [Johan]. Cettuicy me mena veoir couper le peintre ou M. Brus me vint prendre et allames a l'assemblee à Greshams colleg. ou M. Morre presidoit, et me complimenta. on y recoit tous les lords, et non pas les simples gentilshommes sinon par election a la quelle il faut avoir les 2/3 des voix. qui parle oste le chapeau. l'on m'y apprit que les larmes de verre [cf. 17 mars] qui se cassent se font en les trempant dans l'eau froide et les retirant subitement.  le doctor Godart [Goddard] nous mena veoir dans son apartement trois beaux horologes a pendule.  de la fumes au jardin de Withall observer la Lune, Jupiter et Saturne.

[ 570 ]   [ avril ] [ v ]

mais cette lunette de 35 pieds ne me sembla pas bien distincte comme la miene de 22, dont je promis de faire venir les verres*).
    *)  Voyez le no. I de la p. 172 qui précède.  [III, 265, lettre de 12 avril.]  Le frère Constantijn annonce l'envoi des verres dans sa lettre du 28 avril (T. III, p. 267). Consultez aussi sur ce sujet la p. 277 du T. III, suivant laquelle on aurait reconnu en Angleterre la supériorité des verres de Huygens qui dit leur avoir enseigné sa méthode (voyez le 23 avril).
[ 14 mai: "c'estoient alors mes verres".]

    7.  M. Chaise [cf. 5 dec.] me vint veoir.  M. Brus me mena disner chez la contesse de Devonshire. la quelle estant chez le conte de Argin [Elgin] nous allames disner la. grands plats d'argent. grand respect.  M. le comte m'entretint en Francois.  J'y fis connoissance avec S. George Booth. sa femme y estoit aussi avec sa soeur, qui est femme du Mil. Brus, fils dudit comte d'Argin.  Estè chercher M. Ingram et Tounsen.  vu M. Boreel et Mrs. Ferijn.

    8.  Escrit a P.  le petit Espagnol me vint veoir et demander de l'argent.  apres Mrs de Montjeu et Coudray.  ap. d. chez Mr. Smits [cf. 3 avr.] avec M. Chaise.  Ms. Betti. innoc. M. de Montpouillan [add. 920].  Milord Brouncker m'avoit demandè.

    9.  Pris une autre chambre, rencontré Gasp. Duarte [jr.; cf. 15 oct.].  Estè a P. Churchjard.  vu Mr. Swan.

    10.  A l'Eglise angloise. enfermè dans le banc.  point trouvè M. Brus, ny Mr. de Beverweerd.  Estè veoir les Mrs. Francois.  de la chez Mr. Killegre ou estoit Cer et la Mire*).
    *)  Peut-être Lamire [ou l'Amyr], gentilhomme flamand, mentionné par les frères de Villers; voyez J. Faugère, Journal d'un voyage à Paris 1657 - 1658 [1862, p. 189], 2e éd. 1889. Les frères Villers et leur Journal sont mentionnés à la p. 187 du T. III.

[ 571 ] [ v ]

    11 Apr.  Avec M. Brus a Greshams Colleg ou Doctor Godart nous fit veoir les experiences des liqueurs. il en mesla deux claires qui firent ensemble une ancre noire, et en y versant d'une troisieme cette ancre redevint claire, sans auncun sedimentum. deux autres faisoient une liqueur comme du laict, lequel de mesme par le meslange d'une troisieme retourna a estre clair. un autre melange faisoit du lait caillè qui devint clair par une autre liqueur, quelques unes meslees escumoient fort, et se chauffoyent. d'autres produisoyent diverses couleurs. les principales liqueurs estoit de l'esprit de tartre [^] et de l'esprit de vitriol.

    Dinames a un cabaret, avec Mrs. Robert Morré, Paul Neal, Milord Brouncker, Boreel, Vermuijen, Dr. Godart, et ....*) ne voulurent pas que je payasse.  ap. disner nous vismes dans le laboratoire l'experience du plomb, qui estant pesè avec la coupelle, devant qu'on le mette dans le fourneau, est trouvè peser ensemble d'avantage apres qu'il est tirè hors du feu d'environ 1/100.  à l'assemblée vint M. Boyle.
    [ *)  John Evelyn écrit dans son Diary (ed. 1890), p. 272:  "1 April.  I din'd with that great mathematician and virtuoso Monsieur Zulichem, inventor of the pendule clock, and discoverer of the phaenomenon of Saturn's annulus; he was elected into our Society."  Voir sur lui le 29 avril, 12 et 14 mai.]

    12.  M. Boyle me vint veoir, et discourumes longtemps.  ap. d. M. Oldenbourg.  dit adieu a M. Brus.

    13.  Parti pour Oxford avec Mrs. de Montjeu, de Coudray, de Beaumale, Chaise, Oger.  disnè à .... couchè à .... corbeaux, gobelets de bois. Chaise convulsions.

bonnet     14.  a 9 heures à Oxford.  M. Vernham nous mena veoir tous les colleges. dans le sien (the Christ Colleg) on nous presenta de la biere dans une coupe d'argent grande presque comme un seau. dicat servis suis. bonnets quarrez plats par dessus. robbes noires.  Le bastiment, ou est la Bibliotheque et les auditoires est de Bodlei. la bibliotheque a cette figure
forme de la lettre H
la voute fort ornee. galeries belles ou sont les cabinets de medales.  Il y a 101 grands colleges en tout environ deux milles escoliers. peu de monde par les rues.

[ 572 ]   [ avril ] [ v ]

carte
UvA


    15.  M. Vernham voulut nous donner a dejeuner, mais le remerciames. Il avoit estè en Allemagne et Hollande et avoit vu M. Hevelius [<]. parla bien latin.  allames d'une traitte jusqu'a Winsor.  vismes l'Eglise Cathedrale qui est fort belle et d'un ouvrage exquis. Le Chasteau est spacieux. les chambres mal entretenues, que l'on estoit apres à reparer. belle vue au Balcon. M. Mordant est le gouverneur. le magasin est semblable au Burght de Leiden.  Le roy Charles I est enterrè dans la chapelle du Chasteau, mais il n'y avoit encore point de sepulture ny d'inscription.  Enseignes des Cabarets fort amples, comme dans tous les villages.

    16.  Disnè a Hamtoncourt. et vu la maison et le parq. Le Roy y estoit avec le duc de Jorck et la duchesse. grande solitude en entrant. portrait des cornes d'Amboise, hautes d'11 pieds, larges de 9*).  Passè à costè de Heitparc, qui n'est qu'un champ ouvert avec fort peu d'arbres.  souppè chez M. de Montjeu.
    *)  Cf. Voyages de Monconys, II, 78.

    17.  Au presche chez les Ambass. et disnè avec eux. ou je trouvay P. Graef, I. Vlooswijck. Honiwood. le Recev. Uyttenbogaert et ses fils.  Ap. disner saluè Me. de Beverweerd et ses filles. Me. van Hoorn, et Mle Uijttenbogaert.  Vu le P. Maurice.  Estè chez C. Smits.

    18.  Estè veoir M. Oldenbourg.  Ap. d. a Gresham Colleg, ou estoit D. Wallis [<]. On fit des experiences pour prouver que les pièces d'artillerie reculent devant que la bale en soit sortie, ce qui se verifia.
    [ III, 323: 'Of the Recoyling of Guns', add. IV, 581.]

    19.  point disnè.  vu M. Oger.  point trouvè Mr. Ferris.

    20.  Visitè par M. Wallis. et Rouck [Rooke].  apres par M. Boyle.  ap. d. Mrs. Morre et Brouncker me vindrent prendre et allames a l'assemblée ou je trouvay M. Wren. l'on parla de l'eau qui monte dans les petits tuyaux*), et l'on ordonna un committè
    [ *)  Cf. 7 dec., et XIX, 334.]

[ 573 ]   [ avril ] [ v ]

pour samedy chez moy, pour l'avancement des lunettes d'approche.  avec M. Morre dit adieu à Me. Brus et demeurè jusqu'à 10 h.

    21.  Disnè avec M. de Montjeu.  avec Huls estè chercher M. Calthof*).  estè chez C. Smits ou j'entendis jouer Betkosky°).
    *)  Caspar Calthoff ou Kalthoff [cf. 1655-6 (<); 12? mai (>); et 1663 (>)]. Voir p. 457.
    °)  Musicien qui avait été au service de don Juan d'Autriche à Bruxelles [cf. Const. Huygens, lettre 5531: Sr. Bedkofski].

    22.  Estè veoir Me de Bevervoord, avec Vlooswijck à heitparck et Molberigarden [Mulberry]. apres à la nouvelle bourse*).
    [ *)  New Exchange, "Britain's Burse".]

    23.  disnè en ma chambre.  ap. d. s'assemblerent chez moy M. Morre. Mil. Brouncker. Sr. P. Neal. Dr. Wallis, M. Roock, M. Wren. D. Godart. parlames de la maniere de former les verres, et je leur dis ma methode [cf. 6 avr.]. Resolus les cas qu'ils me proposerent touchant les rencontres de deux spheres [<].

    24.  Disnè chez les Amb. de Holl.  chez C. Sm.

    25.  Avec M. Morre, Neal, Vermuijden, Wallis parti pour Winsor, ou l'apresdinè je vis la ceremonie de la reception des Chevaliers de la Jartiere, qui se fit dans l'Eglise. le Roy estoit dans sa chaise ou bout du Choeur. Les pauvres chevaliers suivis de 11 herauts d'armes allerent prendre les Chevaliers et les conduisoient dans la choeur. la ils firent une reverence vers l'autel et un' autre vers le Roy. apres se mirent à costè dans leurs bancs ou les ducs de Ormond et de Buckingam leur mitrent une robbe de velour bleu doublée de tafetas blanc, par dessus la robbe de velour cramoisi dont ils estoyent desia vestus. une chose en forme de besace sur le dos attachee par dessus l'espaule droitte, et le collier de l'ordre par dessus tout.
plumes Ils portoyent tous des bonnets de velour noir avec des plumes blanches, et une aigrette dessus [^], la pluspart des cordons de diamants. Au souper ils estoient rangez tous deux a deux d'un mesme costè d'une longue table dans la grande sale, au bout de la quelle estoit la table du roy, et la musique a l'autre bout en haut. les confitures furent toutes distribuees et pillees.

    26.  le roy et les chevaliers et l'evesque allerent en procession dans l'eglise estants precedez par les pauvres chevaliers de Winsor, qui portent des manteaux de laine violette, des 11 herauts, des chantres, avec des surplis de toile, et des chanoines vestus de robbes de taffetas violettes. apres chacun des chevaliers porta son offrande a l'autel, et les prieres en musique estant faites l'on alla disner.  ap. d. le roy avec son frere, le duc de buckingam et Mil. Mordant, gouverneur de Winsor

[ 574 ]   [ avril ] [ v ]

monterent sur la terrasse au haut du magazin qui est la tour ronde, ou je l'accompagnay avec M. Morre et Vermuijden. en suite nous allames veoir tous les apartements, les cuisines les tours et la cave, ou nous fimes collation.

    27.  Estè a Hamtoncourt.  disnè la aupres à Kingston.  arrivè a 6 h. à Londres.  les Anglois me defroyerent contre mon grè.  Mr Boile m'avoit envoyè son livre nouveau*).
    *)  New experiments physico-mechanicall, touching the spring of the air and its effects (1660).

    28.  M. de Bauvois*) me vint veoir, un vray pedant. parla de sa science universelle, desiroit d'estre aupres du Pr. d'orange.  Ap. d. Estè avec Vlooswijck, Montjeu &c au boarbeet ou les ours et les taureaux se battoient contre des chiens. petit cheval avec un singe dessus persecutè d'un chien°).  rencontrè a Whithall le P. Maur. et estè avec luy chez l'amb. de Espagne; vu tous ses beaux apartements et meubles, inventions pour rafraichir le vin, et pour chauffer la viande.
    *)  Charles de Beauvais, pasteur à Londres. Il avait étudié la théologie à Leiden. Il ressort de la correspondance du père Constantyn [lettre 5693] qu'il désirait collaborer à l'éducation du jeune Guillaume III.  [ Il publia e. a. De disciplinis, et scientiis in genere, London 1648.]
    [ °)  Cf. 12 mai; et: Voyages de Monconys, II, 72 (juin 1663).]

    29.  Escr. a P.  vu M. Chaise.  ap. d. estè a Withall au banckettinghaus ou le Roy faisoit les chevaliers of the bath*), qui portent le cordon rouge. les Chevaliers firent auparavant une cavalcate ayant chacun 2 esquiers à leur costez richement habillez, et eux mesmes d'un manteau de soye rouge. ils furent introduits 6 a 6 dans la sale aupres du roy qui estoit assis sous le daiz; le duc de Jorck et la duchesse aupres de luy, et mit a chacun le plat d'une espée large sur l'espaule. apres il prit un' autre espée que le page du chevalier avoit portée devant luy, et la donna au chevalier, et luy mit de ses mains le ruban rouge au col. deux herauts les introduisirent; apres lesquels marcha le page portant l'espee et apres cettuicy le chevalier ayant a ses costez ses 2 squiers. la sale est grande et belle avec un beau platfonds et une galerie et balcon a l'entour pour les spectateurs.
    [ Evelyn, 19 April: "I might have received this honour, but declined it."]

    30.  Dans la mesme sale le Roy fit des nouveaux comtes et barons. les comtes avoient des robbes de velour cramoisi fourré d'hermines une couronne de velours rouge avec des fleurons et des perles que le roy leur mit de ses propres mains. les barons avoient des robbes d'escarlate et des couronnes sans fleurons.

    2. Maj.  Estè avec le Pr. Maur. à un balcon a Sheringcros, d'ou nous vismes passer le Roy, s'en venant de la Tour vers Whithall. l'ordre du train est dans l'imprimè. les compagnies d'infanterie des gardes estoyent en haye des deux costez de la rue. La cavalerie estoit fort leste, dont il y avoit la garde du Roy, du duc de Jorck et de Mil. Albemarle, ou Monck. les livrees des milords et des ducs estoyent fort somptueuses la pluspart avec des passements d'or et d'argent. les housses et manteaux tous chamarrez ou bordez.

[ 575 ]   [ mai ] [ v ]

    3.  fut le couronnement du Roy, dans le choeur de l'eglise de Westmunster. l'Evesque de ... fit un long presche premierement, le roy estant assis devant l'autel, apres cela l'Evesque de Cantorbery oignit S. M. qui estoit deshabillè jusqu'a sa camisolle de satin rouge laquelle fut ouverte et repliée sur les epaules, lesquelles l'Evesque graissa de l'huile, comme aussi la poitrine, les temples, le sommet de la teste. puis fut r'habillè, et mis le manteau royal de velours cramoisi doublè d'hermines, et enfin la couronne, qui estoit a 4 .... enrichies de diamants, un bonnet de velours dedans et en bas un tour d'hermines. le peuple dedans et dehors l'eglise cria fort, au quel furent jettees des medales d'argent d'environ 15 sous. le Roy s'alla mettre sur le trone qui estoit vis a vis de l'autel ou tous les lords luy vinrent baiser la main. Il y eust cependant musique de voix et d'instruments.  Tout cecy par relation*), car j'estois cependant chez Reevs°) pour observer Mercure dans le Soleilx), comme je fis. y ayant 30 ans que M. Gassendi avoit veu la mesme chose+).

    [ *)  Cf. Samuel Pepys, Diary 1661, Coronation; et John Evelyn, 23 April.]
    °)  John Reeves, fabricant d'instruments, voyez la p. 46 du T. III. Une lettre néerlandaise de lui, de 1661, à Huygens, après le départ de ce dernier, à la p. 445 du T. III. Est-ce une traduction comme le dit par hypothèse la note en cet endroit? Il est plusieurs fois question, dans les Tomes suivants, des verres de Reeves. Le père Constantyn, se trouvant à Londres en 1664, loua fort une lunette de lui (T. V, p. 102). Il envoya aussi (T. V. p. 131) du verre anglais et des verres taillés par Reeves à son fils qui écrit: "L'on admire à Paris le microscope que mon Père y a porté de sa façon". Cependant Moray écrit (T. V., p. 136) que les télescopes de Reeves sont bien inférieurs à ceux de Montani, voulant sans doute dire Campani.
    x)  Voyez e.a. sur cette observation les p. 72-73 du T. XV [lettre à Boulliau: III, 281, à Hevelius: 314] et la p. 307 du T. XXI, sur celle d'Hevelius du même phénomène en cette année la p. 872 du dit Tome XXI.
[ J. Hevelius, Mercurius in sole visus (1662), p. 53, tab., fig., p. 82: Huygens. ]

    +)  T. XXI, p. 319 et 336.
[ Petri Gassendi ... Opera ... astronomica (1658), I, 499-504: 'Mercurius in Sole visus' (1631).]
[ III, 72: deuxième observation en 1651, Shakerley à Surat (près de Bombay).]


    [11.]  Traitè chez M. Ball [<] qui a 13 freres et soeurs. J'avois vu son frere [<] a la Haye. Il y avoit Mil. Brouncker. M. Moray et Slingsby [III, 277]. Apres disner j'allay avec 2 des filles et 2 freres promener dans heyparck, ou il y avoit un grande quantitè de carosses, a cause que c'estoit le 1 Maj. St. Vet.

    [12?]  Estè avec Moray et Slingsby chercher Kalthof [<], que nous ne trouvames point.  entrames en revenant dans le bastiment de Lesley, qu'il a fait dans la Rivière sur un vaisseau plat. Il y a une grande sale, chambre et cabinet. un balustre regne tout a l'entour.

    avec les mesmes estè veoir ou il travaillent des bas de soye sur le mestier. la machine est de fer et a beaucoup de façon. l'on dit que c'est l'invention d'un escolier d'Oxford, pour l'amour de sa maitresse, qu'il voyoit faire de ces bas à la brosse*).
    *)  Evelyn (voyez le 14 mai) [et 11 avril] rapporte cette visite du 3 mai dans son "Diary" [ed. 1890:  "I went to see the wonderfull engine for weaving silk stockings, said to have been the invention of an Oxford scholler 40 years since; and I return'd by Fromantil's the famous clock-maker to see some pendules, Monsieur Zulichem being with us."].  L'invention était due à William Lee mort en 1610.

    disnè chez Slingsby, qui me fit avoir des medales de Cromwel pour 3 pièces. Estè avec luy chez M. qui a fait toutes ces medales. et qui travaille maintenant pour le Roy.

[ 576 ]   [ mai ] [ v ]

    Estè veoir battre les ours et les taureaux contre des chiens avec le Marq. de Monjeu, de Coudray, Vlooswyck (heer van Mare [Maarn]) M. Chaise &c. Singe a cheval. [cf. 28 avr.]

    13 Mai.  Observè dans le jardin de Whithal avec les grandes lunettes de M. Neal la conjonction de Saturne avec la lune. Saturne passa dessus fort proche. le duc de Jorck y estoit aussi.
    [ Evelyn Diary, 3 May:  "This evening I was with my Lord Brouncker, Sir Robert Murray, Sir Pa. Neill, Monsieur Zulichem and Mr. Bull (all of them of our Society and excellent mathematicians), to shew his Majestie, who was present*), Saturn's annulus as some thought, but as Zulichem affirm'd with his Balleus [baudrier] (as that learned gentleman had publish'd), very neere eclipse'd by the Moon, neere the Mons Porphyritis; also Jupiter and Satelites, thro' his Majesty's great telescope, drawing 35 foote; on which there were divers discourses."]
    [ *)  Huygens (III, 277): "Le Roy n'y a jamais estè". ]

    [14.]  le lendemain il y revint et avec luy la duchesse autrefois Mrs. Heit. c'estoient alors mes verres*). Je fis la reverence a la Duchesse, et M. Neal me donna des grands eloges.
    [ *)  6 avril: "... la miene de 22, dont je promis de faire venir les verres".]

    M. Moray nous regala souvent dans sa chambre la aupres de kaeks, bottelail et vin. J'y appris a connoistre le Dr. Wilkins*), autheur du livre que la lune peut estre est un monde, et la terre un planete. Il est apres a faire une langue universelle.  J'ay veu aussi M. Iveling [Evelyn]°), qui escrit un grand livre de horticultura.  M. Tuc x) revenu de Paris ou il avoit estè chez M. de Montmor et disoit que M. van Beuningen y venoit souvent et qu'il faisoit merveille.  Chez Mil. Brouncker je vis Sr. Kenelm Digby +), grand homme et gros, qui me dit de grands compliments.  un' autre fois j'y rencontray M. Finch #), nouvellement revenu de Florence, et avoit une lettre du Pr. Leopold, ou il offroit d'entretenir correspondance avec l'academie de Londres. l'on resolust qu'il falloit escrire au dit Prince au nom de l'academie, et la deliberation estoit en quel termes, quelle langue, de quel seau on cacheteroit la lettre.

    *)  Voyez sur John Wilkins la p. 295 du T. III qui donne aussi le titre complet de son livre de 1638 "Discovery of a New World etc." [ed. 1684 avec "A discourse concerning a New planet" de 1640] ainsi que celui de la traduction française de 1656 [1655] "Le Monde dans la Lune etc." [...].
    Un autre livre de Wilkins parut en 1668: "An essay towards a real Character and a Philosophical Language". Huygens le lut en mars 1669, T. VI, p. 397.

    °)  John Evelyn [cf. 11 avril]. Quoiqu'il fut savant botaniste, le livre (publié sans nom d'auteur) que Huygens reçut de lui en 1662 (IV, 176, 200) ne traite pas "de horticultura" mais de "Sculpture etc. etc."  La "Sylva or a Discourse of Forest-Trees etc." ne parut qu'en 1664.  [...]
[ Diary, 16 Feb. 1664:  "I presented my 'Sylva' to the Society".]

    x)  Sir Samuel Tuke, mort en 1674. A la Restauration il fut chargé de missions diplomatiques en France. Voyez sur lui et sur son séjour à Paris de 1661 la p. 286 du T. III.
[ R. Moray à Chr. H., 1 juillet 1661:]

Nous sommes tresaises d'apprendre que Nostre exemple a servy d'aiguillon a cette docte compagnie qui s'assemble chez Monsieur de Montmor pour les animer a la recherche de la verité des choses par les vrayes moyens. Nous serions ravis que toutes les autres d'Italie en fissent de mesme. nous avons dressé une lettre pour Monsieur de Montmor qui introduira entre nous une correspondance telle qu'ils desirent, selon ce qu'un membre de nostre societé, qui a esté magnifiquement reçeu et traitté parmy eux depuis peu, nous a dit de leur part.

    +)  [ Digby ...]  Moray, en 1661, vante son éloquence et sa science, e.a. comme chimiste (III, 285). Il publia en cette année un "Discourse concerning the vegetation of plants" (III, 278) [jugement de Chr. H.: p. 384Fr. 1667]. Il a laissé des Mémoires.
    #)  Voyez sur Sir John Finch la note 5 de la p. 107 et la p. 558 du T. V.




Home | Huygens | XXII | Journal de voyage 1660-1 (top) | 1663